Grand débat sur la culture et les médias — Les quatre grands rôles du gouvernement fédéral en matière de culture

Grand débat sur la culture et les médias - c. David Ospina

Photo : David Ospina

par —
Culture Montréal

partager —

Le 18 septembre dernier, Valérie Beaulieu, directrice générale de Culture Montréal, s’est adressée aux acteurs du milieu culturel québécois et aux candidats des principales formations politiques fédérales à l’occasion du seul grand débat sur la culture et les médias organisé dans le cadre de la présente campagne électorale. Elle a profité de l’événement pour rappeler les différents rôles du gouvernement du Canada en matière de culture et pour exprimer certaines des exigences du milieu. Voici l’intégralité de son intervention.

 

Le grand débat sur la culture et les médias était organisé par le département de communication de l’Université de Montréal, le Pôle médias HEC Montréal, l’École des médias de l’UQAM et Culture Montréal. 

 

La culture fait campagne : c’est le titre de la plateforme de recommandations en culture lancée par Culture Montréal il y a deux semaines. Aujourd’hui, la culture fait réellement campagne! Nous le voyons par votre présence en grand nombre et par celle des candidats des différents partis qui ont répondu positivement à notre invitation. Cette année, plus que jamais, nous devons parler de culture pendant la campagne électorale.

Je veux d’ailleurs souligner le travail remarquable et acharné de la Coalition pour la diversité des expressions culturelles et de la Coalition pour la culture et les médias, collaboratrices de cet événement, qui au cours des dernières années, ont documenté et mobilisé tout le milieu sur l’urgence de légiférer pour la survie de notre culture, de nos médias, de nos artistes et de nos créateurs.

Le travail de Culture Montréal lors de chaque campagne électorale est de cibler les enjeux prioritaires, mais aussi d’identifier les rôles et responsabilités de chaque palier de gouvernement. Comprendre les rôles et responsabilités nous permet de clarifier et de bien situer nos attentes et nos exigences envers nos gouvernements en matière de culture.

Si vous le voulez, question de mettre la table pour ces échanges et ce débat, nous allons passer en revue les différents rôles du gouvernement du Canada en matière de culture et nous en profiterons pour exprimer certaines attentes envers les différents partis ici présents.

Culture Montréal a identifié 4 grands rôles qui ont un impact considérable sur l’écosystème culturel canadien, québécois, et a fortiori montréalais. Parce que toutes les décisions qui sont prises à Ottawa et toutes les actions qui sont menées par le gouvernement fédéral ont nécessairement une incidence sur le territoire, sur le local.


1. Le premier grand rôle du fédéral en matière de culture se traduit par sa capacité de financer.

Nous l’avons vu, depuis 2016, avec le doublement du budget du Conseil des arts du Canada, avec l’injection de plusieurs centaines de millions de dollars dans Radio-Canada ou, dans une moindre mesure, avec les fonds octroyés à Téléfilm Canada. Ce sont des investissements que le gouvernement doit poursuivre absolument, voire dans certains cas augmenter.

Je pense par exemple au Fonds du Canada pour les espaces culturels de Patrimoine canadien qui soutient les projets d’infrastructures culturelles, je pense au Fonds du Canada pour la présentation des arts, programme d’appui vital pour nos diffuseurs et festivals, à Exportation créative Canada, levier unique de développement pour nos entreprises culturelles et créatives.

Je pense aussi et surtout à l’ONF qui fait partie des grands oubliés de ces investissements fédéraux : une institution vieille de 80 ans qu’on laisse dépérir lentement et ce, en dépit de l’inauguration prochaine de son nouveau siège social. Je rappelle que l’ONF a subi des compressions budgétaires à répétition depuis le milieu des années 90 et le peu qui a été injecté en 2016 par le gouvernement fédéral n’est pas suffisant pour corriger cette situation.


2. Le deuxième grand rôle est un rôle joué localement, un rôle d’impulsion, un rôle de locomotive que le fédéral doit assumer davantage dans un certain nombre de projets spéciaux.

À Montréal, je pense bien sûr à l’ambassade culturelle autochtone DestiNATIONS que l’on attend depuis 10 ans. On est en droit de s’attendre à ce qu’Ottawa donne l’exemple sur ce dossier eu égard au processus de réconciliation dans lequel il s’est engagé.

Je pense à la Biosphère dont le gouvernement fédéral est locataire et qui faute d’un soutien affirmé se retrouve aujourd’hui dans une situation très incertaine : personne ne sait de quoi l’avenir de la Biosphère sera fait, legs iconique de l’expo 67 et seul musée de l’environnement et du climat en Amérique du Nord.

Je pense également au Vieux-Port qui dispose d’un important patrimoine industriel à valoriser et qui attend depuis deux ans son plan d’aménagement et le financement pour le mettre en œuvre.

Ces trois exemples que je vous ai cités, DestiNATIONS, Biosphère, Vieux-Port, sont des projets qui s’inscrivent dans un contexte local tout en ayant une portée bien plus large puisqu’ils se rapportent à des enjeux de rayonnement des cultures et des arts autochtones, de valorisation de notre patrimoine, d’environnement, d’aménagement du territoire, des enjeux qui nous concernent tous et toutes.


3. Le troisième grand r
ôle est un rôle dorganisation de laction culturelle en élaborant des plans et des stratégies.

Il y a au moins deux enjeux pour lesquels un plan ou une stratégie du fédéral serait nécessaire :

Tout d’abord la mobilité des artistes et la circulation des œuvres francophones au Canada. C’est un des leviers qui permettraient de renforcer les liens avec les francophonies canadiennes et compte tenu de la pluralité des défis et des réalités, nous avons besoin d’un plan de circulation des arts francophones. Il ne faut pas négliger la question de la francophonie, elle est centrale. On le voit bien avec le principe que nous défendons de la diversité des expressions culturelles, derrière ce principe, c’est la question de la langue qui est en jeu, et le Canada a tout à gagner à se positionner au sein de la francophonie internationale comme un leader.

L’autre enjeu qui nécessiterait une stratégie est celui de la diplomatie culturelle. Le Canada n’a pas pour l’instant de vision cohérente à déployer : les objectifs d’ensemble ne sont pas clairs, les actions culturelles extérieures sont menées par un grand nombre d’intervenants et il y a peu de coordination avec les autres paliers de gouvernement. Nous avons donc besoin d’une stratégie globale de diplomatie culturelle pour structurer les actions et accroître l’impact du Canada à l’étranger. Les arts et la culture doivent redevenir une composante fondamentale de la politique internationale du Canada.

Et à ce sujet, je voudrais aussi attirer votre attention sur un tout autre enjeu, qui touche de plein fouet nos diffuseurs et nos festivals, il s’agit des difficultés chroniques d’obtention de visa pour les artistes étrangers qui viennent se produire au Canada. C’est un enjeu d’attractivité, c’est un enjeu de rayonnement pour Montréal et pour le Canada dans le monde.


4. Le dernier grand rôle et non le moindre est le pouvoir du fédéral de légiférer et de réglementer.

Nous allons en parler beaucoup aujourd’hui avec l’examen des lois régissant les télécommunications et la radiodiffusion et avec la modernisation de la loi sur le droit d’auteur, deux sujets d’avenir majeurs pour nos contenus québécois et canadiens et pour nos artistes et nos créateurs.

Vous voyez, avec ce bref tour d’horizon, l’action culturelle du gouvernement fédéral revêt plusieurs dimensions, que les enjeux sont variés et qu’ils concernent différents aspects du développement local, national et international.

D’ailleurs j’en profite pour rappeler ici l’importance de la participation du ministre de Patrimoine canadien au comité de pilotage et au Rendez-vous Montréal métropole culturelle. Le Rendez-vous Montréal métropole culturelle est cet événement qui réunit les trois paliers de gouvernement, la Chambre de commerce du Montréal métropolitain, Culture Montréal et tout le milieu culturel. Tous ensemble, il s’agit de définir un cadre d’actions qui va guider le développement culturel de Montréal et permettre son rayonnement à travers le monde.  Nous avons besoin que le gouvernement du Canada soit autour de la table avec nous tous.

Pour terminer, je rappellerai que la culture a un rôle à jouer au sein de la société, et ce à de multiples niveaux : pas seulement au niveau économique – on souligne très souvent et avec raison sa contribution au PIB – mais aussi au niveau du vivre ensemble, de la construction du lien social, de la qualité de vie de nos concitoyens… Les arts et la culture sont porteurs d’une capacité de changement, ils participent à un projet de société plus vaste.

Cela implique donc de s’interroger sur la vision – et je m’adresse ici aux candidats : Quelle vision du développement culturel souhaitez-vous porter pour les quatre prochaines années? J’irai même plus loin : Quel projet de société avez-vous à nous proposer pour demain, à l’heure de la grande transition démographique, environnementale et technologique que nous vivons actuellement et qui bouscule nos façons de vivre, d’être et de faire?

 

Découvrir la plateforme de Culture Montréal

Photos: David Ospina

Ce qu’ils ont dit au sujet du Grand débat sur la culture et les médias

Journal métro, « Une militante invite à repenser le système culturel pour intégrer la réalité autochtone ». Lire l’article →
Journal métro, « Débat sur la culture et les médias: des étincelles en discutant des géants du web ». Lire l’article →
La Presse, « Des étincelles au débat sur la culture et les médias ». Lire l’article →
Le Devoir, « Le poids inégal de la culture et des médias ». Lire l’article →