Philanthropie culturelle : quelles ambitions pour le Québec ?

 

Dix ans après le rapport Bourgie qui incarnait pour la première fois une véritable ambition philanthropique du Québec en matière de culture, ce colloque se propose de faire un état des lieux de la philanthropie culturelle au Québec et de réfléchir au rôle des gouvernements dans le déploiement de stratégies qui permettraient de continuer à stimuler la pratique du don en culture. En effet, loin de constituer deux mondes distincts, la philanthropie et l’État entretiennent des liens étroits qui concernent autant la question du rapport entre les sphères publique et privée et de la complémentarité de leurs actions au bénéfice de la collectivité, que celle de la mise en œuvre des politiques publiques qui encadrent et favorisent l’essor des initiatives philanthropiques.

 

Alors que la crise sanitaire et l’inflation ont révélé plus que jamais la nécessité de diversifier les sources de revenus des organismes artistiques et culturels, comment développer une véritable culture philanthropique pour les arts au Québec ? Que peuvent faire les gouvernements pour revaloriser la philanthropie culturelle ? 

 

Cet évènement est le fruit d’une collaboration entre Culture Montréal, l’Orchestre Métropolitain et la Chaire de gestion des arts Carmelle et Rémi-Marcoux de HEC Montréal. Nous remercions le Conseil des arts de Montréal pour son soutien. 

Le vendredi 2 décembre 2022

9 h à 12 h 30
(Ouverture des portes à 8 h 30)

HEC Auditorium Banque Nationale,

3000 Chem. de la Côte-Sainte-Catherine, Montréal.

Gratuité pour nos partenaires

 

Devenir membre

Un seul billet par personne peut être réservé.

Vous avez des questions? Contactez-nous

Entretien d'ouverture

Christine Beaulieu

Comédienne, créatrice et autrice

Créative, Christine Beaulieu a su, depuis 2003, nous épater par sa polyvalence. Au grand écran, elle a participé à plusieurs films : La mise à l’aveugle (Simon Galiero), Mesrine: L’instinct de mort (Jean-François Richet), Ceci n’est pas un polar (Patrick Gazé), Les fleurs oubliées (André Forcier). Elle s’est méritée 2 nominations (Prix Écrans Canadiens et Gala du cinéma québécois) pour son rôle de Roxane dans le film Le mirage de Ricardo Trogi et Louis Morissette. On l’a vu dans le rôle-titre de Nouveau-Québec de Sarah Fortin et elle se mérite une nomination au gala des Iris dans la catégorie Meilleure interprétation féminine/Rôle de soutien pour son rôle d’Anne-Marie Boisvert dans Norbourg (Maxime Giroux). Elle a également participé à plus d’une vingtaine de pièces de théâtre: Les points tournants (Philippe Lambert), Ce moment-là (Denis Bernard), Grain(s)/Seeds (Chris Abraham), La fureur de ce que je pense et La vie utile (Marie Brassard), Nyotaimori (Sarah Berthiaume/Sébastien David), Bilan (Benoît Vermeulen) et Sang (Brigitte Haentjens).

Depuis 2015, elle présente son premier texte J’aime Hydro, pour lequel elle a mérité le prix Michel-Tremblay. Dans notre télé, on a pu la voir exceller dans les séries District 31, Hubert et Fanny, Les Simone, Lâcher prise et Cerebrum. Elle s’est méritée un prix Gémeaux pour son rôle de Josiane dans Lâcher Prise (2020). Depuis février 2021, elle est au centre de L’Oeil du Cyclone à Radio-Canada/IciTou.tv avec son rôle d’Isabelle Gagnon. Christine est également ambassadrice des attraits touristiques de sa ville natale, Trois-Rivières, ainsi que porte-parole de la campagne nationale Roulons électrique.

Panélistes

Wendy Reid

Professeure honoraire en management HEC Montréal

Wendy Reid est professeure honoraire en management à HEC Montréal. Après une carrière de 25 ans dans le milieu des arts, des musées et des médias au Canada, elle a complété son doctorat à l’Université York à Toronto. Affiliée à la Chaire de gestion des arts Carmelle et Rémi-Marcoux, ses intérêts de recherche se situent dans le leadership, la gouvernance et la philanthropie des organismes OBNL et de la culture. Elle a récemment dirigée l’étude Repenser la philanthropie culturelle à Montréal : Les relations et la communauté (Conseil des arts de Montréal, 2020) et, avec Hilde Fiellvaer, vient de terminer un livre Co-leadership in Arts and Culture : Sharing Values and Vision (Routledge, 2023), disponible en décembre, 2022.

Emilie L.Cayer

Présidente-directrice générale Fondation du MNBAQ

Dotée d’une expertise multidisciplinaire, Emilie L.Cayer est avocate, détentrice d’une maîtrise en muséologie et d’une maîtrise en administration des affaires (MBA) de HEC Montréal. Son parcours présente une variété d’expériences professionnelles dans le secteur muséal, notamment à la Fondation du Musée des beaux-arts de Montréal où elle a été impliquée avec succès sur des projets stratégiques et transformateurs (grande campagne du Pavillon pour la Paix Michal et Renata Hornstein, acquisitions d’œuvres, dons planifiés, intervention des musées à la cour d’appel fédérale, etc.). PDG de la Fondation du Musée national des beaux-arts du Québec depuis deux ans, elle jette avec l’équipe les bases d’une philanthropie à échelle humaine, centrée sur la relation avec le donateur et l’impact des dons sur l’essor de l’institution, tout en visant à assurer le financement à long terme du Musée national. Conférencière active, elle partage ses expériences dans les universités et les regroupements professionnels, puis est membre associée de la Chaire de recherche sur la gouvernance des musées et le droit de la culture à l’UQAM.

Moridja Kintenge Banza

Artiste et directeur artistique d'Atelier Circulaire

Moridja Kitenge Banza est un artiste canadien d’origine congolaise, est actuellement directeur artistique de l’Atelier Circulaire. Il est diplômé de l’Académie des beaux-arts de Kinshasa, de l’École supérieure des beaux-arts de Nantes Métropole ainsi que de la faculté des Sciences humaines et sociales de l’Université de La Rochelle. En 2010, il reçoit Grand Prix Léopold Senghor de La Biennale de l’Art africain contemporain, DAK’ART, pour la vidéo Hymne à nous et son installation De 1848 à nos jours. Il a reçu le Prix Sobey 2020 aux côtés de 25 autres finalistes dans le contexte de la pandémie du COVID. Le Musée des beaux-arts de l’Ontario (AGO) présente actuellement une exposition individuelle de l’artiste intitulée Et la lumière fut. Son travail a précédemment notamment été présenté au Musée Dauphinois (Grenoble, France), au Museum of Contemporary Art (Rosklide, Danemark), à la Arndt Gallery et la Ngbk (Berlin, Allemagne), à la Biennale Internationale de Casablanca (Casablanca, Maroc), à la Fondation Attijariwafa bank (Casablanca, Maroc), à la Fondation Blachère (Apt, France), au Musée des beaux-arts de Montréal (Montréal, Canada), à la Fondation Phi (Montréal, Canada), au Musée d’art contemporain de Montréal (Montréal, Canada) et au Musée des beaux-arts du Canada (Ottawa, Canada). On compte des oeuvres de l’artistes dans les collections du Musée des beaux-arts de Montréal, du Musée d’art contemporain de Montréal, du Musée national des beaux-arts du Québec, du Musée des beaux-arts du Canada, du Musée des beaux-arts de l’Ontario (AGO), la Collection de la Ville de Laval ainsi que dans de nombreuses collections corporatives telles BMO, la Caisse de dépôt et de placement du Québec, Canadian Shield Capital, Desjardins, Hydro-Québec, RBC et TD Bank Corporate Art Collection.

Véronique Rankin

Directrice générale Wapikoni mobile

Véronique est la Directrice générale du Wapikoni mobile depuis octobre 2021. Avant de se joindre à l’équipe du Wapikoni, elle a participé à la création de l’organisme autochtone Puamun Meshkenu au côté du Dr Stanley Vollant et a occupé les fonctions de directrice générale de ce même organisme. Depuis le début de sa carrière, Madame Rankin a principalement œuvré au sein d’organisations autochtones et du gouvernement fédéral. Ces postes l’ont amené à acquérir une solide expérience en développement organisationnel, en gestion des risques ainsi qu’en gestion de la performance et de la qualité.

La sécurisation culturelle et la souveraineté narrative des peuples autochtones sont au cœur de son approche en gestion des organisations. Elle siège également sur le conseil d’administration des Productions Menuentakuan, de la Société de la Place des arts et de l’Office Québec-Monde pour la jeunesse (les Offices jeunesse internationaux du Québec). Elle est également chercheuse associée de l’Observatoire des administrations publiques autochtones de l’École nationale d’administration publique (ÉNAP) et chargée de cours à l’Université de Montréal.

Madame Rankin est titulaire d’une maîtrise et d’un diplôme de 3e cycle en administration publique de l’ÉNAP et fait présentement un certificat en gestion philanthropique à l’Université de Montréal.

Caroline Bergeron

Responsable de programmes à la Faculté de l’éducation permanente Université de Montréal

Depuis 2010, Caroline est responsable de programmes à la Faculté de l’éducation permanente de l’Université de Montréal. Entre autres programme, elle dirige les études en gestion philanthropique. Chercheure au PhiLab depuis 2018, elle assure la direction de la section Québec de 2019 à 2020. Boursière de la Fondation McConnell en philanthropie, Rising Star in Fundraising du Canadian Council for Advancement in Education, Caroline Bergeron cumule plus de 30 ans d’expérience dans le milieu philanthropique. Elle a obtenus des dons majeurs pour l’Université de Montréal, elle a géré les dons et la R&D pour Bell Canada et elle a participé aux travaux d’ouverture de la Grande Bibliothèque à titre de Directrice du développement institutionnel. Formée en gestion, en communication et en muséologie, elle a également conçu et réalisé plus d’une vingtaine d’expositions pour le compte de la Bibliothèque nationale du Québec.

Charles Milliard

MBA Président-directeur général Fédération des chambres de commerce du Québec

Titulaire d’un baccalauréat en pharmacie et d’un certificat en économie de l’Université Laval ainsi que d’une maîtrise en administration (MBA) de HEC Montréal, Charles Milliard est reconnu pour être un gestionnaire chevronné possédant une longue expérience en affaires publiques, plus particulièrement dans le secteur pharmaceutique, de la santé et des sciences de la vie.

Avant sa nomination comme Président-directeur général de la Fédération des chambres de commerce du Québec, il a œuvré au sein du Groupe Uniprix, en tant que vice-président exécutif. Il a également occupé le poste de vice-président Stratégie et rayonnement-Santé au Cabinet de relations publiques NATIONAL. Charles Milliard siège à différents conseils d’administration dans le secteur des arts, notamment celui de l’Orchestre symphonique de Montréal, du Conseil des arts de Montréal et du Festival de Lanaudière. Il est aussi président du conseil d’administration de la Fondation du Cegep de Lévis.

Julien Valmary

Directeur du soutien et de la philanthropie Conseil des arts de Montréal

Julien Valmary est directeur du soutien et de la philanthropie au Conseil des arts de Montréal depuis 2014. Natif de Toulouse, il possède plus de 20 ans d’expérience en gestion des organismes culturels et politiques publiques pour les arts en France, en Ontario et au Québec. Son parcours de gestionnaire l’a amené à contribuer à la croissance d’organisations artistiques de premier plan, telles que le Centre de développement chorégraphique Toulouse/Midi-Pyrénées, le Centre Segal des arts de la scène, le Tarragon Theatre ou encore les Grands Ballets Canadiens. Il est diplômé de l’Institut d’études théâtrales de l’Université Sorbonne Nouvelle (Paris 3) et de l’ENSATT (École Nationale Supérieure des Arts et Techniques du Théâtre), en administration du spectacle vivant.

Julien est un ancien du Income Managers Program, certificat en philanthropie pour les arts de l’Université de Waterloo et également du Fellowship Action Canada (18-19), le programme de leadership en politiques publiques du Forum des politiques publiques.

Il s’intéresse particulièrement aux questions des politiques publiques de soutien aux arts, aux enjeux d’équité et de diversité culturelle ainsi qu’au développement de la philanthropie.

Yvan Gauthier

Conseiller stratégique auprès d'organismes Président-directeur général de la Fondation du Grand Montréal (2013-2020) et du Conseil des arts et des lettres du Québec (2004-2013)

Yvan Gauthier a été président-directeur général de la Fondation du Grand Montréal de 2013 à 2020. La Fondation développe ses stratégies et ses actions en faveur des objectifs de développement durable dans tous les secteurs et est un partenaire des organismes culturels dans le cadre des programmes gouvernementaux québécois et canadien d’encouragement aux investissements en philanthropie.

De 2004 à 2013, Yvan Gauthier a dirigé le Conseil des arts et des lettres du Québec (CALQ). Au cours de ses années, le CALQ a remporté deux prix décernés par l’Institut d’administration publique du Québec le premier Prix du rayonnement international pour son programme de Studios et résidences et le troisième Prix Fonction publique pour le programme Mécénat Placements culture. Auparavant, Yvan Gauthier a assumé des postes de haute direction au Conseil des métiers d’art du Québec, au Regroupement Loisir Québec et à la Ve Biennale internationale des villes d’hiver dans le cadre du 350e anniversaire de la ville de Montréal.

Il a aussi été président de plusieurs organismes et réseaux québécois et canadiens, dont ceux du Conseil québécois des ressources humaines en culture, du Réseau canadien des conseils des arts provinciaux et fédéral, de l’Observatoire de la culture et des communications (ISQ), de la Fédération canadienne des métiers d’art etc. Il a complété une scolarité de maîtrise en histoire économique et est détenteur d’un baccalauréat en animation culturelle de l’UQAM.

Membre honoraire de la Fondation depuis 2020, Yvan Gauthier reste engagé comme conseiller stratégique bénévole auprès d’organismes dans les secteurs social, philanthropique et culturel.

Cyrille Ekwalla

Journaliste et producteur de contenus médias Co-président du conseil d’administration de la Fondation Dynastie.

Cyrille Ekwalla est journaliste et producteur de contenus médias. Il a fondé NeoQuébec, un média global consacré à la promotion de la diversité et la sensibilisation sur les enjeux d’inclusion et d’équité au Québec.

Dans une perspective d’intégration partagée, il a créé la plate-forme « Institut NeoQuébec », un organisme de recherche/action et d’éducation à la citoyenneté, sur les questions d’intégration et de vivre-ensemble, le rayonnement des communautés racisées et la sensibilisation au racisme et discriminations diverses.

Cet ancien reporter, puis recherchiste à Ici Première (émission Désautels – Radio Canada / Tam Tam Canada – Radio Canada International) est un passionné de culture et de politique qu’il analyse et commente dans différents médias.

Reconnu pour son leadership, sa proximité avec les gens, Cyrille Ekwalla, passionné et curieux, contribue par ses actions à l’épanouissement et la participation des neoquébécoises et neoquébécois dans toutes les sphères de la société québécoise.

Il est le co-président du conseil d’administration de la Fondation Dynastie.

Animatrices

Céline Choiselat

Directrice principale Philanthropie et partenariats Orchestre Métropolitain

Céline Choiselat a étudié en sociologie de la culture et a obtenu son premier poste à l’Opéra National de Paris dans le service des relations de presse du service culturel. Elle a poursuivi avec l’Orchestre symphonique de Montréal (OSM) en 2000 aux relations publiques comme chef des relations médias. Son mandat était de bâtir la stratégie, la planification des relations publiques et assurer la promotion locale et internationale de la Maison symphonique inaugurée avec Kent Nagano en septembre 2011.

Par la suite Céline s’est professionnalisée dans le domaine de la philanthropie à l’OSM puis au Musée des Beaux-arts de Montréal (MBAM) en tant que directrice adjointe des Cercles philanthropiques.

Son intérêt s’est tourné vers l’éducation en tant que directrice de la Fondation du Collège Stanislas. Parce que si on a la chance de s’ouvrir à la Culture, c’est parce que l’école y a grandement contribuée. Dans tout son cheminement, elle retrouve son champ d’action à la tête du département Philanthropie et partenariats à l’Orchestre Métropolitain sous la direction de Yannick Nézet-Séguin (OM) soutenant la mission éducative de l’Orchestre auprès du plus grand nombre.

Karla Etienne

Artiste en danse et gestionnaire culturelle Directrice générale Assemblée canadienne de la danse

Artiste et gestionnaire culturelle, Karla Etienne est directrice générale de l’Assemblée canadienne de la danse. Son engagement est aujourd’hui reconnu notamment pour le renouveau des politiques culturelles concernant l’équité dans le domaine de l’art, sur tous les plans de la pratique, de la gestion et de la diffusion. Karla est co-fondatrice et co-présidente des Conversations philanthropiques en culture. Elle reçoit en 2021 le Prix Stellaire de Nyata Nyata pour le service à la grande communauté de la danse.

Événement écoresponsable 
L’aspect écologique de cet événement a guidé nos pratiques et nos choix. Il est également fortement recommandé d’apporter sa bouteille d’eau.

Accessibilité 
Dans le but de faciliter l’accès au colloque à l’ensemble des participants souhaitant y assister, nous invitons les personnes à mobilité réduite ainsi que les personnes ayant besoin d’un interprète à communiquer avec nous.

Désistement
Vous vous êtes inscrit, mais vous avez un empêchement le jour du colloque? Puisque l’organisation d’un événement mobilise plusieurs ressources au sein de notre petite équipe, nous vous saurions gré de communiquer avec nous.

Philanthropie culturelle : quelles ambitions pour le Québec ?

 

Dix ans après le rapport Bourgie qui incarnait pour la première fois une véritable ambition philanthropique du Québec en matière de culture, ce colloque se propose de faire un état des lieux de la philanthropie culturelle au Québec et de réfléchir au rôle des gouvernements dans le déploiement de stratégies qui permettraient de continuer à stimuler la pratique du don en culture. En effet, loin de constituer deux mondes distincts, la philanthropie et l’État entretiennent des liens étroits qui concernent autant la question du rapport entre les sphères publique et privée et de la complémentarité de leurs actions au bénéfice de la collectivité, que celle de la mise en œuvre des politiques publiques qui encadrent et favorisent l’essor des initiatives philanthropiques.

 

Alors que la crise sanitaire et l’inflation ont révélé plus que jamais la nécessité de diversifier les sources de revenus des organismes artistiques et culturels, comment développer une véritable culture philanthropique pour les arts au Québec ? Que peuvent faire les gouvernements pour revaloriser la philanthropie culturelle ? 

 

Cet évènement est le fruit d’une collaboration entre Culture Montréal, l’Orchestre Métropolitain et la Chaire de gestion des arts Carmelle et Rémi-Marcoux de HEC Montréal. Nous remercions le Conseil des arts de Montréal pour son soutien. 

Le vendredi 2 décembre 2022

9 h à 12 h 30
(Ouverture des portes et petit déjeuner à 8 h 30)

HEC Auditorium Banque Nationale,

3000 Chem. de la Côte-Sainte-Catherine, Montréal.

Membre de Culture Montréal : 15$

Non membre : 25$

Étudiant(e) : 15$

Les inscriptions sont fermées.

Devenir membre

Un seul billet par personne peut être réservé.

Vous avez des questions? Contactez-nous

Panélistes

Wendy Reid

Professeure honoraire en management HEC Montréal

Wendy Reid est professeure honoraire en management à HEC Montréal. Après une carrière de 25 ans dans le milieu des arts, des musées et des médias au Canada, elle a complété son doctorat à l’Université York à Toronto. Affiliée à la Chaire de gestion des arts Carmelle et Rémi-Marcoux, ses intérêts de recherche se situent dans le leadership, la gouvernance et la philanthropie des organismes OBNL et de la culture. Elle a récemment dirigée l’étude Repenser la philanthropie culturelle à Montréal : Les relations et la communauté (Conseil des arts de Montréal, 2020) et, avec Hilde Fiellvaer, vient de terminer un livre Co-leadership in Arts and Culture : Sharing Values and Vision (Routledge, 2023), disponible en décembre, 2022.

Emilie L.Cayer

Présidente-directrice générale Fondation du MNBAQ

Dotée d’une expertise multidisciplinaire, Emilie L.Cayer est avocate, détentrice d’une maîtrise en muséologie et d’une maîtrise en administration des affaires (MBA) de HEC Montréal. Son parcours présente une variété d’expériences professionnelles dans le secteur muséal, notamment à la Fondation du Musée des beaux-arts de Montréal où elle a été impliquée avec succès sur des projets stratégiques et transformateurs (grande campagne du Pavillon pour la Paix Michal et Renata Hornstein, acquisitions d’œuvres, dons planifiés, intervention des musées à la cour d’appel fédérale, etc.). PDG de la Fondation du Musée national des beaux-arts du Québec depuis deux ans, elle jette avec l’équipe les bases d’une philanthropie à échelle humaine, centrée sur la relation avec le donateur et l’impact des dons sur l’essor de l’institution, tout en visant à assurer le financement à long terme du Musée national. Conférencière active, elle partage ses expériences dans les universités et les regroupements professionnels, puis est membre associée de la Chaire de recherche sur la gouvernance des musées et le droit de la culture à l’UQAM.

Moridja Kitenge Banza

Artiste et directeur artistique d'Atelier Circulaire

Moridja Kitenge Banza est un artiste canadien d’origine congolaise, est actuellement directeur artistique de l’Atelier Circulaire. Il est diplômé de l’Académie des beaux-arts de Kinshasa, de l’École supérieure des beaux-arts de Nantes Métropole ainsi que de la faculté des Sciences humaines et sociales de l’Université de La Rochelle. En 2010, il reçoit Grand Prix Léopold Senghor de La Biennale de l’Art africain contemporain, DAK’ART, pour la vidéo Hymne à nous et son installation De 1848 à nos jours. Il a reçu le Prix Sobey 2020 aux côtés de 25 autres finalistes dans le contexte de la pandémie du COVID. Le Musée des beaux-arts de l’Ontario (AGO) présente actuellement une exposition individuelle de l’artiste intitulée Et la lumière fut. Son travail a précédemment notamment été présenté au Musée Dauphinois (Grenoble, France), au Museum of Contemporary Art (Rosklide, Danemark), à la Arndt Gallery et la Ngbk (Berlin, Allemagne), à la Biennale Internationale de Casablanca (Casablanca, Maroc), à la Fondation Attijariwafa bank (Casablanca, Maroc), à la Fondation Blachère (Apt, France), au Musée des beaux-arts de Montréal (Montréal, Canada), à la Fondation Phi (Montréal, Canada), au Musée d’art contemporain de Montréal (Montréal, Canada) et au Musée des beaux-arts du Canada (Ottawa, Canada). On compte des oeuvres de l’artistes dans les collections du Musée des beaux-arts de Montréal, du Musée d’art contemporain de Montréal, du Musée national des beaux-arts du Québec, du Musée des beaux-arts du Canada, du Musée des beaux-arts de l’Ontario (AGO), la Collection de la Ville de Laval ainsi que dans de nombreuses collections corporatives telles BMO, la Caisse de dépôt et de placement du Québec, Canadian Shield Capital, Desjardins, Hydro-Québec, RBC et TD Bank Corporate Art Collection.

Véronique Rankin

Directrice générale Wapikoni mobile

Véronique est la Directrice générale du Wapikoni mobile depuis octobre 2021. Avant de se joindre à l’équipe du Wapikoni, elle a participé à la création de l’organisme autochtone Puamun Meshkenu au côté du Dr Stanley Vollant et a occupé les fonctions de directrice générale de ce même organisme. Depuis le début de sa carrière, Madame Rankin a principalement œuvré au sein d’organisations autochtones et du gouvernement fédéral. Ces postes l’ont amené à acquérir une solide expérience en développement organisationnel, en gestion des risques ainsi qu’en gestion de la performance et de la qualité.

La sécurisation culturelle et la souveraineté narrative des peuples autochtones sont au cœur de son approche en gestion des organisations. Elle siège également sur le conseil d’administration des Productions Menuentakuan, de la Société de la Place des arts et de l’Office Québec-Monde pour la jeunesse (les Offices jeunesse internationaux du Québec). Elle est également chercheuse associée de l’Observatoire des administrations publiques autochtones de l’École nationale d’administration publique (ÉNAP) et chargée de cours à l’Université de Montréal.

Madame Rankin est titulaire d’une maîtrise et d’un diplôme de 3e cycle en administration publique de l’ÉNAP et fait présentement un certificat en gestion philanthropique à l’Université de Montréal.

Caroline Bergeron

Responsable de programmes à la Faculté de l’éducation permanente Université de Montréal

Depuis 2010, Caroline est responsable de programmes à la Faculté de l’éducation permanente de l’Université de Montréal. Entre autres programme, elle dirige les études en gestion philanthropique. Chercheure au PhiLab depuis 2018, elle assure la direction de la section Québec de 2019 à 2020. Boursière de la Fondation McConnell en philanthropie, Rising Star in Fundraising du Canadian Council for Advancement in Education, Caroline Bergeron cumule plus de 30 ans d’expérience dans le milieu philanthropique. Elle a obtenu des dons majeurs pour l’Université de Montréal, elle a géré les dons et la R&D pour Bell Canada et elle a participé aux travaux d’ouverture de la Grande Bibliothèque à titre de Directrice du développement institutionnel. Formée en gestion, en communication et en muséologie, elle a également conçu et réalisé plus d’une vingtaine d’expositions pour le compte de la Bibliothèque nationale du Québec.

Charles Milliard

MBA Président-directeur général Fédération des chambres de commerce du Québec

Titulaire d’un baccalauréat en pharmacie et d’un certificat en économie de l’Université Laval ainsi que d’une maîtrise en administration (MBA) de HEC Montréal, Charles Milliard est reconnu pour être un gestionnaire chevronné possédant une longue expérience en affaires publiques, plus particulièrement dans le secteur pharmaceutique, de la santé et des sciences de la vie.

Avant sa nomination comme Président-directeur général de la Fédération des chambres de commerce du Québec, il a œuvré au sein du Groupe Uniprix, en tant que vice-président exécutif. Il a également occupé le poste de vice-président Stratégie et rayonnement-Santé au Cabinet de relations publiques NATIONAL. Charles Milliard siège à différents conseils d’administration dans le secteur des arts, notamment celui de l’Orchestre symphonique de Montréal, du Conseil des arts de Montréal et du Festival de Lanaudière. Il est aussi président du conseil d’administration de la Fondation du Cegep de Lévis.

Julien Valmary

Directeur du soutien et de la philanthropie Conseil des arts de Montréal

Julien Valmary est directeur du soutien et de la philanthropie au Conseil des arts de Montréal depuis 2014. Natif de Toulouse, il possède plus de 20 ans d’expérience en gestion des organismes culturels et politiques publiques pour les arts en France, en Ontario et au Québec. Son parcours de gestionnaire l’a amené à contribuer à la croissance d’organisations artistiques de premier plan, telles que le Centre de développement chorégraphique Toulouse/Midi-Pyrénées, le Centre Segal des arts de la scène, le Tarragon Theatre ou encore les Grands Ballets Canadiens. Il est diplômé de l’Institut d’études théâtrales de l’Université Sorbonne Nouvelle (Paris 3) et de l’ENSATT (École Nationale Supérieure des Arts et Techniques du Théâtre), en administration du spectacle vivant.

Julien est un ancien du Income Managers Program, certificat en philanthropie pour les arts de l’Université de Waterloo et également du Fellowship Action Canada (18-19), le programme de leadership en politiques publiques du Forum des politiques publiques.

Il s’intéresse particulièrement aux questions des politiques publiques de soutien aux arts, aux enjeux d’équité et de diversité culturelle ainsi qu’au développement de la philanthropie.

Yvan Gauthier

Conseiller stratégique auprès d'organismes Président-directeur général de la Fondation du Grand Montréal (2013-2020) et du Conseil des arts et des lettres du Québec (2004-2013)

Yvan Gauthier a été président-directeur général de la Fondation du Grand Montréal de 2013 à 2020. La Fondation développe ses stratégies et ses actions en faveur des objectifs de développement durable dans tous les secteurs et est un partenaire des organismes culturels dans le cadre des programmes gouvernementaux québécois et canadien d’encouragement aux investissements en philanthropie.

De 2004 à 2013, Yvan Gauthier a dirigé le Conseil des arts et des lettres du Québec (CALQ). Au cours de ses années, le CALQ a remporté deux prix décernés par l’Institut d’administration publique du Québec le premier Prix du rayonnement international pour son programme de Studios et résidences et le troisième Prix Fonction publique pour le programme Mécénat Placements culture. Auparavant, Yvan Gauthier a assumé des postes de haute direction au Conseil des métiers d’art du Québec, au Regroupement Loisir Québec et à la Ve Biennale internationale des villes d’hiver dans le cadre du 350e anniversaire de la ville de Montréal.

Il a aussi été président de plusieurs organismes et réseaux québécois et canadiens, dont ceux du Conseil québécois des ressources humaines en culture, du Réseau canadien des conseils des arts provinciaux et fédéral, de l’Observatoire de la culture et des communications (ISQ), de la Fédération canadienne des métiers d’art etc. Il a complété une scolarité de maîtrise en histoire économique et est détenteur d’un baccalauréat en animation culturelle de l’UQAM.

Membre honoraire de la Fondation depuis 2020, Yvan Gauthier reste engagé comme conseiller stratégique bénévole auprès d’organismes dans les secteurs social, philanthropique et culturel.

Cyrille Ekwalla

Journaliste et producteur de contenus médias Co-président du conseil d’administration de la Fondation Dynastie.

Cyrille Ekwalla est journaliste et producteur de contenus médias. Il a fondé NeoQuébec, un média global consacré à la promotion de la diversité et la sensibilisation sur les enjeux d’inclusion et d’équité au Québec.

Dans une perspective d’intégration partagée, il a créé la plate-forme « Institut NeoQuébec », un organisme de recherche/action et d’éducation à la citoyenneté, sur les questions d’intégration et de vivre-ensemble, le rayonnement des communautés racisées et la sensibilisation au racisme et discriminations diverses.

Cet ancien reporter, puis recherchiste à Ici Première (émission Désautels – Radio Canada / Tam Tam Canada – Radio Canada International) est un passionné de culture et de politique qu’il analyse et commente dans différents médias.

Reconnu pour son leadership, sa proximité avec les gens, Cyrille Ekwalla, passionné et curieux, contribue par ses actions à l’épanouissement et la participation des neoquébécoises et neoquébécois dans toutes les sphères de la société québécoise.

Il est le co-président du conseil d’administration de la Fondation Dynastie.

Animatrices

Céline Choiselat

Directrice principale Philanthropie et partenariats Orchestre Métropolitain

Céline Choiselat a étudié en sociologie de la culture et a obtenu son premier poste à l’Opéra National de Paris dans le service des relations de presse du service culturel. Elle a poursuivi avec l’Orchestre symphonique de Montréal (OSM) en 2000 aux relations publiques comme chef des relations médias. Son mandat était de bâtir la stratégie, la planification des relations publiques et assurer la promotion locale et internationale de la Maison symphonique inaugurée avec Kent Nagano en septembre 2011.

Par la suite Céline s’est professionnalisée dans le domaine de la philanthropie à l’OSM puis au Musée des Beaux-arts de Montréal (MBAM) en tant que directrice adjointe des Cercles philanthropiques.

Son intérêt s’est tourné vers l’éducation en tant que directrice de la Fondation du Collège Stanislas. Parce que si on a la chance de s’ouvrir à la Culture, c’est parce que l’école y a grandement contribuée. Dans tout son cheminement, elle retrouve son champ d’action à la tête du département Philanthropie et partenariats à l’Orchestre Métropolitain sous la direction de Yannick Nézet-Séguin (OM) soutenant la mission éducative de l’Orchestre auprès du plus grand nombre.

Karla Etienne

Artiste en danse et gestionnaire culturelle Directrice générale Assemblée canadienne de la danse

Artiste et gestionnaire culturelle, Karla Etienne est directrice générale de l’Assemblée canadienne de la danse. Son engagement est aujourd’hui reconnu notamment pour le renouveau des politiques culturelles concernant l’équité dans le domaine de l’art, sur tous les plans de la pratique, de la gestion et de la diffusion. Karla est co-fondatrice et co-présidente des Conversations philanthropiques en culture. Elle reçoit en 2021 le Prix Stellaire de Nyata Nyata pour le service à la grande communauté de la danse.

Accessibilité 
Dans le but de faciliter l’accès au colloque à l’ensemble des participants souhaitant y assister, nous invitons les personnes à mobilité réduite ainsi que les personnes ayant besoin d’un interprète à communiquer avec nous.

Désistement
Vous vous êtes inscrit, mais vous avez un empêchement le jour du colloque? Puisque l’organisation d’un événement mobilise plusieurs ressources au sein de notre petite équipe, nous vous saurions gré de communiquer avec nous.

Entre raison et tension — L’art public à l’épreuve de la commémoration corrigée

À l’hiver 2016, à Montréal, une statue rendant  hommage à Claude Jutra est retirée de l’espace public suite à la controverse entourant le célèbre cinéaste. À l’été 2017, l’annonce du retrait d’une statue du général de la Confédération Robert E. Lee déclenche de violents affrontements à Charlottesville, aux États-Unis. Plus récemment, à Victoria, le déboulonnement de la statue érigée à la mémoire de l’ancien premier ministre John A. Macdonald relance le débat d’un océan à l’autre, entrainant un certain nombre de questionnements quant au rapport que nous entretenons face à notre mémoire collective et à ses représentations. Les fonctions, la forme et le contenu des pratiques commémoratives agitent aussi bien les médias sociaux que les milieux académiques et politiques.

Initiée par la Commission permanente de l’art public de Culture Montréal, ce forum réunit des experts québécois, canadiens et étrangers afin de poser un regard critique sur les perspectives d’avenir de l’art public à la lumière d’un processus de révision en cours, particulièrement visible en Amérique du Nord, des interprétations/représentations officielles du passé. Le programme de la journée, articulé autour d’une grande conférence inaugurale, d’interventions individuelles et d’une table-ronde, permettra de croiser les perceptions et les analyses d’artistes, de commissaires, de chercheurs et de professionnels des sphères artistique et communautaire.

Consulter le programme

Lundi 7 octobre 2019
8 h 15 à 18 h
Ouverture des portes : 8 h 15

BanQ Grande Bibliothèque
(475 Boul. de Maisonneuve E, Montréal)

Voir sur une carte

Membre : 90 $
Régulier : 120 $
Étudiant : 50 $

Suivez les moments forts sur Twitter!

#CommémArtCM— @CultureMontreal

(Le colloque est bilingue. Une traduction simultanée en français et en anglais est disponible.)

8 h 15
Accueil des participants

Café et croissants seront servis.

9 h
Mots de bienvenue

→ Jean-Louis Roy, président-directeur général — BAnQ
→ Valérie Beaulieu, directrice générale — Culture Montréal

9 h 15
Introduction

→ Louise Déry, coprésidente de la Commission permanente de l’art public et membre du C.A. – Culture Montréal
→ Sébastien Barangé, coprésident de la Commission permanente de l’art public — Culture Montréal
Comment l’art public peut-il contribuer à guérir ou à réparer les injustices du passé si, de nos jours, il semble plus diviser que rassembler? Comment concilier les représentations officielles du passé et l’affirmation de nos valeurs contemporaines? Que faire avec les monuments qui commémorent des idéologies ou des personnages controversés/contestés?

9 h 30
Conférence plénière

(Présentée par Louise Déry)
→ Harriet F. Senie, Directrice, MA Art History, Art Museum Studies — The City College, NYC;
Professeure, Art History — CUNY Graduate Center

10 h 45
Pause-café

11 h
Détruire, déplacer, rajouter ou préserver? État des lieux de la commémoration « corrigée »

(Responsable de séance : Analays Alvarez Hernandez)
→ Jeff Thomas, artiste
→ François Le Moine, Avocat — Sarrazin+Plourde
Quand est-il approprié de préserver un monument dont la représentation est jugée offensante?
Comment « corriger » une commémoration au-delà de la destruction ou du déplacement des monuments?

12 h 30
Dîner

13 h 30
Perspectives d’avenir et stratégies de réparation – Comment commémorer ensemble?

(Responsable de séance : Marie-Blanche Fourcade)
→ Mélanie Boucher, professeure agrégée — Université du Québec en Outaouais
→ Ken Lum, Artiste; Professeur — University of Pennsylvania School of Design, Philadelphie; Co-commissaire — Monument Lab
Quelles sont les perspectives d’avenir ou les voies d’expression pour l’art public au lendemain d’une commémoration « corrigée » ?

15 h
Pause-café

 15 h 15
Table ronde : L’avenir de la commémoration à Montréal
(Modératrice : Lucie K. Morisset)
→ Noémie McComber, artiste en arts visuels
→ Yann Pocreau, artiste
→ Bernard Vallée, Animateur en histoire et patrimoine
→ Elizabeth-Ann Doyle cofondatrice et directrice générale et artistique — MU
→ Helena Martin Franco, artiste en arts visuels

Quelles seraient, aujourd’hui, les spécificités d’un monument jugé « approprié » pour Montréal
 
16 h 45
Synthèse et mot de clôture

→ Louise Déry, coprésidente de la Commission permanente de l’art public et membre du C.A. – Culture Montréal
→ Sébastien Barangé, coprésident de la Commission permanente de l’art public — Culture Montréal

17 h
Cocktail

Mélanie Boucher

Professeure agrégée — Université du Québec en Outaouais

Mélanie Boucher est professeure en muséologie/histoire de l’art à l’Université du Québec en Outaouais. En 2015, dans le cadre d’un projet des Entrepreneurs du commun, elle co-signait (avec N. Casemajor-Loustau, A.-L. Paré et B. Schütze) le commissariat de Monument aux victimes de la liberté, qui regroupait les œuvres de 16 artistes à AXENÉO7 (Gatineau). Boucher poursuit une pratique en commissariat d’exposition depuis plus de quinze ans. En 2019, avec E. Contogouris, elle est rédactrice invitée d’un numéro de la revue Racar sur le tableau vivant. Depuis 2014, elle est co-chercheure du Groupe de recherche et réflexion CIÉCO : Collections et impératif évènementiel.

Elizabeth-Ann Doyle

Cofondatrice et directrice générale et artistique — MU

Depuis trente ans, Elizabeth-Ann Doyle a travaillé dans des institutions culturelles telles que la Place des Arts, le Musée des beaux-arts de Montréal et le Cirque du Soleil, expériences qui ont forgé sa passion absolue pour le milieu des arts.
Elle a cofondé MU, un organisme de charité qui transforme Montréal en musée d’art à ciel ouvert, en réalisant des murales pérennes contribuant au développement local. En douze ans, 120 fresques et plus de 300 murales communautaires ont été réalisées dans 17 quartiers de la métropole. MU a pu soutenir 100 artistes, et collaborer avec 200+ groupes communautaires et écoles.

François Le Moine

Avocat — Sarrazin+Plourde

François Le Moine est avocat au cabinet Sarrazin+Plourde. Il pratique en litige, en droit des arts et en propriété intellectuelle. Dans sa pratique, il conseille des musées, des galeries d’art et des artistes. Il a notamment représenté huit musées et une université devant la Cour d’appel fédérale dans le dossier Caillebotte, qui devait se déterminer quelles œuvres d’art étaient d’« importance nationale » au sens de la Loi sur l’importation et l’exportation des biens culturels.
Me Le Moine enseigne le droit des arts et du patrimoine culturel ainsi que la philosophie du droit à l’Université de Montréal. Il est membre de la Commission permanente de l’art public de Culture Montréal et a étudié à la Sorbonne, à l’Université de Keio et à l’École des hautes études en sciences sociales avant de compléter son droit à l’Université McGill.

Ken Lum

Artiste; Professeur — University of Pennsylvania School of Design, Philadelphie; Co-commissaire — Monument Lab

Ken Lum est un artiste et un professeur réputé pour son art conceptuel et figuratif faisant appel à plusieurs disciplines, dont la peinture, la sculpture et la photographie. Ses œuvres ont été largement exposées à l’international dans de nombreuses biennales d’art. Il a réalisé de nombreuses commandes d’art public permanent que l’on peut admirer dans de nombreuses villes dans le monde. Il enseigne actuellement les beaux-arts à l’Université de Pennsylvanie à Philadelphie. Il est cofondateur et rédacteur fondateur du Yishu Journal of Contemporary Chinese Art. Auteur prolifique, il a publié de nombreux ouvrages, un livre portant sur ses écrits devrait être publié à la fin de 2019. Il a aussi organisé des expositions d’envergure dont Shanghai ou « l’autre Chine » : 1919 – 1949, la 7e biennale de Sharjah et Monument Lab : A Public Art and History Project.

Helena Martin Franco

Artiste en arts visuels

Helena Martin Franco vit et travaille à Montréal depuis 1998. Titulaire d’une maîtrise en arts visuels et médiatiques de l’Université du Québec à Montréal, elle fait partie de plusieurs collectifs de diffusion d’art actuel, dont un au Québec : L’Araignée. Sa pratique transdisciplinaire explore le métissage des différents procédés artistiques et l’hybridation entre les techniques traditionnelles et les nouvelles technologies. À partir d’autofictions, elle dévoile la perméabilité des frontières des identités culturelles. Il a été présenté en République dominicaine, en Lituanie, en Espagne, en Nouvelle-Zélande, en Colombie, aux États-Unis, en Bosnie-Herzégovine, en Iran, en Argentine, à Cuba et au Canada.

Noémi McComber

Artiste en arts visuels

Noémi McComber a obtenu une maîtrise en arts visuels et médiatiques du Chelsea College of Art à Londres (2002). Depuis, elle poursuit différents projets artistiques, adoptant une approche multidisciplinaire et collaborative. Elle a présenté son travail en Colombie, en Russie, en Finlande, en Allemagne, au Royaume-Uni, en Espagne, en France et au Danemark. On a pu voir ses œuvres notamment au ICA (Institute of Contemporary Art) à Londres en 2003, au Moscow Centre for the Arts en 2006, au Musée des Beaux-arts de Sherbrooke en 2007, à La Centrale galerie Powerhouse en 2009, à Dare-Dare en 2011, ainsi qu’à la Maison des arts de Laval et au festival VIVA Art Action! (2011). Son travail vidéographique et en performance a été présenté à Optica (2013), à la bande vidéo et au Lieu à Québec (2015), à Skol et à la galerie Brodac de Sarajevo (2017). Plus récemment elle a participé à différentes expositions en France; au FRAC Lorraine de Metz en 2017 et chez Néon à Lyon en 2018. Elle est l’une des membres fondatrices du collectif L’Araignée, collectif féministe de diffusion en art contemporain. Elle vit et travaille à Montréal

Yann Pocreau

Artiste

Yann Pocreau est né à Québec en 1980. Dans ses recherches récentes, à travers différents types de médiums dont la photographie, la sculpture et l’installation, il s’intéresse à la lumière comme sujet vivant et à l’effet de celle ci sur la trame narrative des images. Il a participé à plusieurs expositions canadiennes, américaines et européennes dont récemment aux Rencontres photographiques d’Arles. Son travail a été commenté dans divers magazines et ses œuvres sont présentes dans les collections de la Banque Nationale du Canada, d’Hydro-Québec, de Desjardins, de Deloitte Toronto, de la Ville de Montréal, de la Ville de Longueuil, du Musée d’art contemporain de Montréal, du Musée des beaux-arts de Montréal, du Musée d’art de Joliette, dans la collection Prêt d’œuvres d’art du Musée National des beaux-arts du Québec. Il est représenté par la Galerie Simon Blais à Montréal. Il vit et travaille à Montréal.

Harriet F. Senie

Directrice, MA Art History, Art Museum Studies — The City College, NYC; Professeure, Art History — CUNY Graduate Center

Harriet F. Senie est autrice de Memorials to Shattered Myths: Vietnam to 9/11, de The `Tilted Arc’ Controversy: Dangerous Precedent? et de Contemporary Public Sculpture: Tradition, Transformation, and Controversy. Elle est coéditrice et collaboratrice pour Critical Issues in Public Art: Content, Context, and Controversy, pour A Companion to Public Art et pour Museums and Public Art?. Elle est également cofondatrice de l’organisation internationale Public Art Dialogue en plus de coéditer pendant sept ans sa revue scientifique. Plus récemment, elle est jointe au Mayoral Advisory Commission on City Art, Monuments, and Markers.

Jeff Thomas

Photographe et commissaire

Jeff Thomas, né en 1956 à Buffalo dans l’état de New York, est un artiste iroquois urbain, conteur-photographe autodidacte, écrivain, conférencier et conservateur, vivant à Ottawa, en Ontario. Ses œuvres font partie de collections importantes au Canada, aux États-Unis et en Europe. Ses expositions solos les plus récentes sont
les suivantes : Birdman Rising, Université Southern Illinois; A Necessary Fiction: My Conversation with Edward S. Curtis & George Hunter, galerie d’art de Mississauga; The Dancing Grounds, parc du patrimoine Wanuskewin, Saskatoon, et Resistance Is NOT Futile, galerie Stephen Bulger, Toronto. Jeff Thomas a également participé à de nombreuses expositions collectives, notamment : The Family Camera au musée royal de l’Ontario, Toronto; Tributes + Tributaries, 1971–1989, Musée des beaux-arts de l’Ontario, Toronto; Land/Slide : possible Futures, Markham, Ontario; SAKAHÀN, Musée des beaux-arts du Canada, Ottawa; UNMASKING : Arthur Renwick, Adrian Stimson, Jeff Thomas,
Centre culturel canadien, Paris (France). Il a reçu le Prix du duc et de la duchesse d’York en photographie du Conseil des arts du Canada (1998), le Prix Karsh en photographie (2008), le REVEAL – Prix en art autochtone (2018), le Prix du gouverneur général en arts visuels et en arts médiatiques (2019). Il est devenu membre de l’Académie royale des arts du Canada en 2003.

Bernard Vallée

Animateur en histoire et patrimoine

Depuis plus de 40 ans, Bernard Vallée accompagne les Montréalais.es dans l’exploration de leur ville et de ses quartiers, avec des circuits d’histoire urbaine et sociale, de sensibilisation au patrimoine et de mémoire des luttes citoyennes, d’abord au sein de L’Autre Montréal, de 1984 à 2011, et aujourd’hui avec Montréal Explorations, depuis 2013. De 1987 à 1995, il est membre de la Commission de toponymie de Montréal. De 2012 à 2018, Bernard Vallée accomplit deux mandats comme membre du Conseil du Patrimoine de Montréal. Il est un des auteurs du Dictionnaire historique du Plateau Mont-Royal publié chez Écosociété en 2017.