Le Sud-Ouest : questionnaire culture pour les candidats à la mairie

par —
Culture Montréal

partager —

Portrait

Le Sud-Ouest

L’arrondissement Le Sud-Ouest, situé à l’entrée du centre-ville de Montréal et regroupé en 2 districts électoraux, Saint-Henri-Est–Petite-Bourgogne–Pointe-Saint-Charles–Griffintown et Saint-Paul–Émard–Saint-Henri-Ouest, compte 71 546 résidents. Presque la moitié de son territoire est composé d’espaces ou de secteurs en transformation ou d’anciennes usines à réaffecter, ce qui en fait un secteur offrant un fort potentiel de développement. Considéré comme berceau de l’industrialisation au pays, Le Sud-Ouest a longtemps été associé à l’industrie manufacturière. Les principales activités économiques qui animent aujourd’hui l’arrondissement sont l’industrie culturelle, le secteur récréotouristique, les communications, l’industrie du film et du vidéo, les services scientifiques, le design et l’architecture. Le marché public Atwater, en existence depuis 1933, accueille à l’année des producteurs et marchands et propose des produits frais et locaux, puis des découvertes du terroir et d’ailleurs.

La vitalité culturelle du Sud-Ouest s’exprime à travers l’offre de son circuit culturel et la diversité des acteurs qui y contribuent. L’arrondissement compte quarante-cinq œuvres d’art public sur son territoire, telles que la murale de la station de métro Place-Saint-Henri, intitulée Bonheur d’occasion, une œuvre de l’artiste Julien Hébert qui veut rappeler le passé ouvrier de Saint-Henri en faisant référence au roman de Gabrielle Roy portant le même titre, ou encore, les deux ouvriers géants, conçus par l’artiste Germain Bergeron, l’un tailleur de pierre et l’autre manieur de pelle, représentent les ouvriers qui construisirent le réseau du métro et que l’on peut observer à la station Monk. À la sortie du pont Victoria, les origines irlandaises du quartier sont mises à l’honneur dans le monument commémoratif pour les émigrés irlandais morts du Typhus en 1848. L’arrondissement possède également plusieurs musées, théâtres et galeries d’art. La Maison Saint-Gabriel, un des plus beaux exemples de l’architecture traditionnelle québécoise, présente les différentes facettes de la vie rurale du 17e siècle et relate l’aventure des Filles du Roy avec de nombreuses activités et expositions. Le Sud-Ouest est depuis longtemps le refuge d’artistes en arts visuels, inspirés par la lumière de ses grands lofts industriels et l’art y a de plus en plus pignon sur rue puisque plusieurs galeries y ont ouvert leurs portes depuis les dernières années. À travers le réseau de ses quatre bibliothèques (Georges-Vanier, Marie-Uguay, Saint-Henri et Saint-Charles) et de la maison de la culture Marie-Uguay, l’Arrondissement présente chaque année, concerts, spectacles, rencontres littéraires, conférences, animations théâtrales et des expositions d’œuvres classiques et de nouvelles formes d’art.

3 questions aux candidats aux mairies des 19 arrondissements de Montréal

Quel rôle pour la culture dans leurs visions pour leurs arrondissements?

Plus que jamais, les Montréalaises et les Montréalais s’intéressent à leur quartier et aux moyens de l’améliorer, autant qu’à leur ville, à son histoire et à son patrimoine. Sur le plan de la vitalité culturelle des quartiers, les arrondissements jouent un rôle décisif. À cet égard, les élus locaux disposent de leviers et d’outils déterminants pour le développement de l’activité culturelle. À la veille de l’élection municipale, Culture Montréal a donc invité les candidats et candidates aux mairies d’arrondissements à répondre à 3 questions portant sur la réalité et les enjeux culturels de leur arrondissement respectif.

Démarche et méthodologie

Un questionnaire unique élaboré par Culture Montréal a été présenté à tous les candidats aux mairies d’arrondissements afin de leur permettre de partager leur vision pour la culture à la veille des élection municipales. Une méthodologie précise a été élaborée afin d’assurer l’impartialité de la démarche.

Consulter toutes les réponses obtenues dans les 19 arrondissements

Réponses du maire élu
dans l’arrondissement Le Sud-Ouest

Benoit Dorais

Natif et résident du quartier Saint-Henri, Benoit Dorais a été élu maire de l’arrondissement du Sud-Ouest en 2009. Homme de terrain, il a mené plusieurs batailles : la réfection du complexe Turcot, l’abandon du corridor d’autobus Dalhousie, le maintien des succursales de la SAQ sur les artères commerciales du Sud-Ouest, la préservation du Griffintown Horse Palace, etc. Sous son administration, l’arrondissement a remporté des prix pour l’implantation du premier woonerf de la Ville de Montréal et ses mesures d’apaisement de la circulation.

Il a par ailleurs poussé plus loin la stratégie montréalaise d’inclusion de logements sociaux, communautaires et abordables – avec le premier Plan d’action en matière d’inclusion de logements abordables dans les projets résidentiels – et a constitué des réserves foncières pour en faire davantage.
Avec son équipe d’élus, il a travaillé au redressement des finances et a doté l’arrondissement de plusieurs importants documents d’orientation et de planification, tous des premières pour l’arrondissement : la Politique culturelle du Sud-Ouest, le Plan d’action sur le patrimoine bâti des secteurs établis 2012-2015, le Plan directeur des parcs et espaces verts, la Politique locale de développement durable et le Plan d’action Municipalité amie des aînés (MADA).

Formé en philosophie et éthique sociale, Benoit Dorais a assumé des tâches névralgiques à la Ville de Montréal. En 2012 et 2013, il a été vice-président du comité exécutif et responsable des Grands projets, de l’Habitation et du logement social, des Immeubles, des Stratégies et transactions immobilières, de la Société d’habitation et de développement de Montréal (SHDM) et de l’Office municipal d’habitation de Montréal (OMHM).

Membre du conseil d’agglomération de Montréal depuis 2011, il assure la présidence de la Commission sur le développement social et la diversité montréalaise et la vice-présidence de la Commission sur l’Inspecteur général nouvellement créée. Benoit Dorais siège également à la Commission du logement social de la Communauté métropolitaine de Montréal (CMM) et est représentant de l’arrondissement au sein du conseil d’administration de PME MTL Grand Sud-Ouest. En 2016, il a été nommé président du conseil d’agglomération de Montréal.
Il s’est joint l’équipe de Projet Montréal en mai 2017.

Quelles sont les forces de votre arrondissement en termes culturels?

Le solide réseau du Sud-Ouest avec la maison de la culture Marie-Uguay (Émard) et ses quatre bibliothèques, des partenaires de premier plan comme le centre culturel Georges-Vanier (Petite-Bourgogne), le Théâtre Paradoxe (Émard), le musée des ondes Émile-Berliner (Saint-Henri) et celui de la Maison Saint-Gabriel (Pointe-Saint-Charles), des lieux de diffusion comme la Tour d’aiguillage Wellington (Griffintown) et des ateliers d’artistes partout sur le territoire et bientôt au Bâtiment 7 (Pointe-Saint-Charles).

Notre Politique culturelle, lancée en 2012. L’objectif est de favoriser l’accès aux arts et à la culture, gratuit ou à peu de frais, à toutes les franges de notre population. Nous le faisons notamment à travers des partenariats comme celui réalisé avec Festival Quartiers Danses, un nouveau venu.

Nos 6 quartiers ont leur propre identité. Le Circuit commémoratif et ses 31 bornes interactives, notre legs pour le 375e de Montréal, illustre notre volonté de mettre en valeur et de préserver leur histoire, notre patrimoine.

Quels sont les défis auxquels votre arrondissement fait face?

Faire de la culture un pilier de la cohésion sociale. Proposer aux familles, aux aînés et aux résidents de longue date ou nouvellement arrivés des initiatives inclusives consolidera davantage le tissu social. C’est prioritaire dans un arrondissement comme le nôtre qui compte de nombreuses communautés culturelles.

Nous avons longtemps compté sur la Table des acteurs culturels. Nous allons ramener cette instance pour nous aider à établir un espace commun de discussion et une structure de concertation pour favoriser le réseautage et canaliser les forces vives du Sud-Ouest autour du développement culturel. Cela permettra de mieux répondre aux attentes de la population et de briser l’enclavement des quartiers dans le respect de leur identité.

Le défi est aussi économique, les sommes pour la mise à niveau de nos installations peut être colossales. Par exemple, l’agrandissement de la bibliothèque Saint-Charles avoisinant les 20 M$.

Selon vous, quelles doivent être les priorités d’un plan d’action en culture dans votre arrondissement pour les quatre prochaines années?

La démarche avec Culture Montréal nous a permis d’identifier plusieurs pistes de réflexion, de dégager les tendances et de mettre en lumière diverses réalités qui nous guideront.

Par exemple, la préservation de notre patrimoine bâti en trouvant de nouvelles vocations à nos bâtiments emblématiques comme l’ancienne bibliothèque Notre-Dame ou le bain Hushion. Ainsi, la reconversion de l’ancien hôtel de ville de Côte-Saint-Paul, inscrite au Plan de développement urbain, économique et social (PDUES) Turcot, permettra de consolider ce pôle institutionnel tout en préservant l’identité du quartier.

Faire de la culture un moteur du développement économique. Nous consoliderons davantage les emplois à vocation culturelle en attirant les créateurs et des organisations innovantes et les impliquerons davantage à l’action culturelle de l’arrondissement. Aussi, nous voulons créer un environnement favorable aux entreprises émergentes (start-ups) pour que les fondateurs s’établissent chez nous et y développent leurs idées.

Le Sud-Ouest a encore plein de potentiel à exploiter!

Élections municipales 2017

Réponses des autres candidats à la mairie d’arrondissement

Denise Mérineau

Denise Mérineau

Équipe Denis Coderre pour Montréal