Ahuntsic-Cartierville : questionnaire culture pour les candidats à la mairie

par —
Culture Montréal

partager —

Portrait

Ahuntsic-Cartierville

L’arrondissement Ahuntsic-Cartierville, qui s’étend en bordure de la Rivière des Prairies, regroupe quatre districts électoraux (Sault-au-Récollet, Saint-Sulpice, Ahuntsic et Bordeaux-Cartierville) et se classe cinquième en importance de population parmi les arrondissements et les villes liées de l’agglomération de Montréal avec 134 245 habitants. Il se caractérise notamment par une grande diversité culturelle puisque plus d’un habitant sur trois est né à l’extérieur du Canada et une personne sur dix a au moins un de ses deux parents né à l’étranger. Les principaux pays d’origine de ces Ahuntsicois sont l’Italie, le Liban et Haïti, mais les nouveaux immigrants qui s’installent dans l’arrondissement proviennent surtout de l’Algérie, du Maroc et de la Roumanie. Par ailleurs, l’arrondissement compte une forte représentation de personnes âgées de 65 ans et plus, dont une majorité habitent seuls.

Le village de Sault-au-Récollet, situé près du pont Papineau-Leblanc, a été l’un des deux premiers noyaux de peuplement de Montréal et l’église paroissiale de la Visitation érigée en 1751 subsiste encore aujourd’hui. L’arrondissement est également situé au cœur du Parcours Gouin, qui d’ouest en est s’étend sur une quinzaine de kilomètres de Pierrefonds-Roxboro jusqu’à Montréal-Nord et attire les amoureux de plein air et férus du patrimoine bâti ou naturel. On retrouve aussi sur son territoire trois bibliothèques, une maison de la culture comprenant une salle d’exposition et une salle de spectacle de 300 places et plusieurs autres lieux de diffusion. Le YMCA Cartierville, né d’une initiative d’un comité de citoyens, est quant à lui un véritable pôle de rassemblement et de développement social dans le quartier.

3 questions aux candidats aux mairies des 19 arrondissements de Montréal

Quel rôle pour la culture dans leurs visions pour leurs arrondissements?

Plus que jamais, les Montréalaises et les Montréalais s’intéressent à leur quartier et aux moyens de l’améliorer, autant qu’à leur ville, à son histoire et à son patrimoine. Sur le plan de la vitalité culturelle des quartiers, les arrondissements jouent un rôle décisif. À cet égard, les élus locaux disposent de leviers et d’outils déterminants pour le développement de l’activité culturelle. À la veille de l’élection municipale, Culture Montréal a donc invité les candidats et candidates aux mairies d’arrondissements à répondre à 3 questions portant sur la réalité et les enjeux culturels de leur arrondissement respectif.

Démarche et méthodologie

Un questionnaire unique élaboré par Culture Montréal a été présenté à tous les candidats aux mairies d’arrondissements afin de leur permettre de partager leur vision pour la culture à la veille des élection municipales. Une méthodologie précise a été élaborée afin d’assurer l’impartialité de la démarche.

Consulter toutes les réponses obtenues dans les 19 arrondissements

Réponses de la mairesse élue
dans l’arrondissement Ahuntsic-Cartierville

Émilie Thuillier

Projet Montréal

Émilie Thuillier a été élue conseillère municipale du district Ahuntsic sous la bannière de Projet Montréal une première fois en novembre 2009 et fut réélue au même poste en novembre 2013. Elle est présidente de la Commission sur l’examen des contrats à l’Hôtel de ville, ainsi que porte-parole de Projet Montréal sur les dossiers Aéroports de Montréal et 375e anniversaire.

Émilie Thuillier travaille depuis 2003 sur les questions de développement durable en milieu urbain. Au cours des quatre années précédant sa première élection, elle s’est spécialisée en affaires municipales à titre d’attachée politique pour Projet Montréal. Mme Thuillier est membre de Projet Montréal depuis la fondation du parti.

Résidante du district Ahuntsic et impliquée dans son milieu, Émilie Thuillier souhaite rapprocher l’administration municipale des citoyens. Mme Thuillier détient une maîtrise en sciences de l’environnement (UQAM) ainsi qu’un baccalauréat en géographie (Université de Montréal). Elle est mère de deux enfants.

Quelles sont les forces de votre arrondissement en termes culturels?

L’édifice Albert-Dumouchel est un pôle culturel majeur et des organismes culturels y sont logés, notamment Oktoecho et Espace Trad / SPDTQ. Depuis peu, on peut y admirer la gravure l’Homme Soleil de Jordi Bonet au coin des rues Fleury et Lajeunesse. Nos bibliothèques offrent plusieurs activités hors les murs comme le Festival Je lis, tu lis pour les tout-petits ainsi que le Bibliobus qui se rend chaque semaine dans des résidences d’aînés. La Maison de la culture offre une programmation riche et diversifiée qui attire de nombreux spectateurs. Il y a de plus des salles de spectacle dans les collèges Régina-Assumpta, Ahuntsic et Bois-de-Boulogne. Deux églises sont également utilisées pour la diffusion de spectacles de musique, dont la magnifique Église de la Visitation. Le site patrimonial du Saul-au-Récollet est un joyau à chérir. Mentionnons finalement la création récente de deux organismes, la Société d’histoire Ahuntsic-Cartierville et Ahuntsic en Fugue.

Quels sont les défis auxquels votre arrondissement fait face?

Nos bibliothèques se situent sous les normes montréalaises. Nous y remédierons avec la construction de trois nouvelles bibliothèques : Cartierville, Saint-Sulpice et une interarrondissement avec Montréal-Nord. De plus, avec une seule unité de diffusion culturelle, l’arrondissement est aussi en-dessous des cibles suggérées et c’est pourquoi nous en planifions une deuxième dans Cartierville, sur la rue Grenet. La création de grands pôles culturels ne doit par contre pas oblitérer la nécessité d’amener la culture dans chaque quartier en développant une offre culturelle de proximité.

Notre arrondissement est formé de plusieurs quartiers qui ont chacun leur couleur locale et les résidents ne se déplacent pas toujours facilement d’un quartier à un autre.

Finalement, une étude commandée par l’arrondissement a conclu à une faible fréquentation de plusieurs publics-cible : jeunes, hommes, moins scolarisés et non-francophones. Il faudra trouver des moyens pour rejoindre plus spécifiquement ces publics.

Selon vous, quelles doivent être les priorités d’un plan d’action en culture dans votre arrondissement pour les quatre prochaines années?

Mettre en œuvre le Plan d’action culturel 2017-2021 de l’arrondissement en développant et consolidant les pôles suivants : Fleury/Lajeunesse, Cartierville, Chabanel, Saint-Sulpice, Sault-au-Récollet ainsi que le projet avec Montréal-Nord.

Financer, promouvoir et démocratiser l’art public, par exemple l’art sur rue, des murales, des œuvres dans les parcs. Travailler avec les acteurs du milieu, dont les sociétés d’histoire et le Comité consultatif local sur le patrimoine et la toponymie, pour préserver et mettre en valeur l’histoire et le patrimoine de l’arrondissement.

Poursuivre le développement du Parcours Gouin en favorisant l’accès aux berges et l’animation des espaces pour que tous puissent profiter de notre patrimoine naturel exceptionnel.

Organiser un événement artistique annuel majeur sur les berges de la rivière.

Discuter avec les congrégations religieuses quant à l’avenir de leurs terrains et bâtiments pour éviter des situations comme celle du terrain situé au 12375, rue du Fort-Lorette.

Élections municipales 2017

Réponses des autres candidats à la mairie d’arrondissement

Harout Chitilian

Harout Chitilian

Équipe Denis Coderre pour Montréal