Citoyenneté culturelle

La culture comme vecteur de mieux–être individuel et collectif.

De nombreuses études en font état : les enfants qui sont exposés les arts font preuve d’une plus grande persévérance scolaire et de plus de confiance en eux, sont mieux outillés pour résoudre les problèmes avec créativité et voient leurs chances de réussite professionnelle augmentées.

Commission permanente de la citoyenneté culturelle

Coprésidents: André Leclerc, président, Gagné Leclerc Groupe Conseil et membre du C.A. de Culture Montréal et Cathy Wong, agente de développement du secteur jeunesse des YMCA du Québec et présidente du Conseil des Montréalaises.

 

Mandat

  • Susciter la réflexion, enrichir le débat et proposer des avis face aux enjeux de la citoyenneté culturelle dans le contexte global du vivre ensemble.
  • Prendre en compte les enjeux plus spécifiques de la citoyenneté culturelle des jeunes.
  • Assurer le dialogue entre les diverses parties prenantes et favoriser des actions cohérentes.

Des questions au cœur de notre action

L’accès et la participation aux arts et à la culture sont des questions qui ont toujours été au cœur de l’action de Culture Montréal, depuis sa fondation. Au cours des dernières années, elles se sont incarnées en termes de citoyenneté culturelle, particulièrement chez les jeunes. Dans le contexte de la révolution numérique, les enjeux de la citoyenneté culturelle doivent être repensés et actualisés. La commission aura pour mandat de susciter la réflexion, enrichir le débat et proposer des avis face aux enjeux de la citoyenneté culturelle dans le contexte global du vivre ensemble, prendre en compte les enjeux plus spécifiques de la citoyenneté culturelle des jeunes et assurer le dialogue entre les diverses parties prenantes et favoriser des actions cohérentes.

Définition : citoyenneté culturelle

La notion de citoyenneté culturelle :

  • Suppose une appropriation, par les individus, des moyens adéquats de création, de production, de diffusion et de consommation culturelles.
  • Adopte une perspective qui va du bas vers le haut, soit des citoyens aux institutions.
  • Encourage l’expression des groupes plus alternatifs ou marginalisés par la culture dominante (le mainstream), ouvre de nouveaux espaces culturels et politiques, entraîne une multiplication de l’espace public.
  • Conçoit la culture comme vecteur de lien social.

Des effets bénéfiques qui ne font plus de doute

La réflexion autour de l’importance des arts et de la culture dans le développement des jeunes remonte à plusieurs années à Culture Montréal. Déjà en 2008, le comité Culture-éducation réfléchissait à des façons de faire un réel maillage entre ces deux champs de compétences.

La question de la participation culturelle des jeunes demeurait, jusqu’à récemment, bien peu connue. En effet, si la fréquentation des arts et de la culture était un sujet très bien documenté au Québec, y compris à Montréal, il y avait un manque important d’analyses sur certaines dimensions de la participation culturelle, en particulier chez les jeunes, souvent perçus par beaucoup de diffuseurs et de producteurs artistiques comme un « non-public ».

Culture Montréal a donc mandaté en 2011 l’Institut national de la recherche scientifique (INRS), avec le soutien financier du Ministère de la Culture, des Communications et de la Condition féminine du Québec, pour réaliser une étude. L’étude La participation culturelle des jeunes à Montréal – Des jeunes culturellement actifs a été publiée en 2012.

Nos publications sur le sujet

Autres ressources liées

  • Culture 21 : Actions. Agenda 21 de la culture, Commission de la culture Cités et Gouvernements locaux Unis, 2015, Bilbao, Sommet Culture de CGLU : Culture et villes durables
  • Perspective grand Montréal : sociodémographie,
    Bulletin de la communauté métropolitaine de Montréal
  • Convention relative aux droits de l’enfant de l’UNESCO