Faire la place — Les arts et l’espace public : création, diffusion et appropriation

par —
Culture Montréal

partager —

Le colloque en six mots-clés

Le Partenariat du Quartier des spectacles et Culture Montréal ont organisé le 3 décembre 2015 un colloque rassemblant 200 personnes sur le thème des projets de création dans l’espace public. Créateurs, designers, producteurs, promoteurs d’événements culturels et gestionnaires d’espaces publics se sont ainsi réunis afin de discuter des particularités de l’espace public comme lieu de diffusion et des possibilités et défis à relever pour y réaliser des projets de création. Le colloque a également été l’occasion de présenter des exemples inspirants d’aménagements permettant l’appropriation citoyenne d’espaces publics de différentes envergures, ici et ailleurs.

Nous vous proposons ici un compte-rendu inspiré de six mots-clés identifiés en toute fin de journée par Marc-André Carignan, animateur de l’événement. L’écoute, la flexibilité, la sensibilité au contexte, la prise de risque, la relève et l’inclusion sont en fait des thèmes qui ont traversé l’ensemble des propos des différents intervenants lors du colloque et qui sont représentatifs des principaux enjeux du placemaking (création d’espaces). En fin de journée, toutes les personnes présentes au colloque ont été invitées à un travail de réflexion et de création en atelier. Nous avons porté attention aux résultats de cette séance et nous vous proposons en conclusion une courte analyse.

Écoute

De nombreuses discussions lors du colloque ont permis d’attirer l’attention sur la nécessité d’une plus grande écoute quant aux besoins et aux attentes des communautés concernées. Être à l’écoute signifie qu’il faut penser l’espace avec ces communautés, faire en sorte que l’ensemble de leurs membres contribuent au processus de conception et de réalisation. Jérôme Glad de Pépinière & co., dont les différents projets reposent sur un exercice approfondi de consultation des communautés locales, propose une approche tenant de l’orchestration des possibilités de l’espace public plutôt que de planification de développement. De son point de vue, il est nécessaire de dépasser l’idée de rénovation à grands frais des lieux publics et plutôt favoriser un objectif de revitalisation. Leslie Koch, présidente du Trust for Governors Island, a pour sa part complètement revisité la notion de programmation dans l’espace public en en faisant plutôt un forum ouvert à toutes les idées, libéré d’une bureaucratie trop lourde et de critères de sélection des projet d’occupation qui leur sont soumis. Selon elle, l’important est d’écouter – et d’observer – les personnes qui soumettent des projets et de leur montrer qu’ils sont entendus, que tout sera mis en œuvre pour permettre la réalisation de leurs projets.

Flexibilité

Comme le rappelle Fred Kent (« Lighter, cheaper, quicker »), il est nécessaire d’agir rapidement, de limiter les contraintes et de mettre sur pied des projets pilotes dès que possible afin d’assurer le succès d’initiatives d’appropriation de l’espace public. La démarche novatrice de placemaking (création d’espaces) de son organisation, Project for Public Spaces, ne requiert pas l’élaboration de plans d’aménagement complexes ou de grands moyens financiers et n’exige pas qu’on réinvente la roue à tout prix. Le type de projets qu’il valorise font preuve d’une grande flexibilité tant pour permettre leur adaptation progressive que pour offrir un contexte favorable à l’expérimentation et l’élaboration de solutions durables. C’est ce type d’approche qu’a privilégié Cécile Combelle, cofondatrice de l’Atelier Barda, en concevant des projets pilotes et des installations éphémère pour la Place Shamrock.  Les exemples de l’avenue Park-Stanley et de la place de Castelnau présentés par Marie-Hélène Armand, conseillère en aménagement à la Ville de Montréal (Programme de rues piétonnes et partagées), peuvent également témoigner d’une pratique de plus en plus courante qui consiste à concevoir des espaces adaptables aux besoins et usages de leurs occupants et de l’importance de rester à l’écoute en cours de projet afin d’en évaluer la réussite et les aspects à améliorer. Le propriétaire du restaurant Tapeo derrière le projet de la place Villeray, Sébastien Muniz, a fait valoir pour sa part le gain en flexibilité qu’a permis le fait qu’un tel projet soit initié et porté par une petite entreprise.

Sensibilité au contexte

Il faut se méfier des « formules gagnantes » et les effets de modes : ce qui fonctionne dans un contexte ne se transpose pas nécessairement bien dans tous les autres. Comme le rappelait Rami Bebawi de KANVA en évoquant la posture introvertie des passants en hiver ou l’effet poétique du vent sur son installation Entre les rangs, la sensibilité au contexte local et aux modes de vie des gens qui occupent et utilisent quotidiennement ces espaces constitue une clé pour éviter ce type de piège. Comme l’expliquait la directrice de la programmation du Partenariat du Quartier des spectacles Pascale Daigle, ce sont des éléments du contexte de la place Émilie-Gamelin – l’aspect insécurisant, l’impression d’un espace délaissé et la présence quotidienne de personnes itinérantes – qui ont permis d’établir le mandat derrière le projet des Jardins Gamelin . Il fallait arriver à modifier les perceptions et  assurer une cohabitation harmonieuse entre les occupants au quotidien et les gens de passage. Un bon nombre de contraintes logistiques (réglementations municipales, exigences de sécurité publique, etc.) ont également un impact inévitable sur les projets d’occupation de l’espace public. Certains, comme Mouna Andraos de Daily tous les jours, voudront en faire fi aux premières étapes de l’élaboration d’un projet pour favoriser l’expérimentation et d’autres, comme Judith Portier, préférèrent les prendre en considération dès le début et en faire des contraintes créatives. Enfin, comme le mentionnait Félix Dagenais d’Atomic 3, il serait illusoire de tenter de contrôler parfaitement l’espace à occuper : il est préférable de rester ouvert à l’inattendu et de le concevoir comme une mise à l’épreuve bénéfique du projet en cours.

Risque

La complexité du contexte dans lequel se situe un espace public exige de ne pas avoir froid aux yeux : toutes les propositions d’aménagement ou d’appropriation de l’espace n’auront sans doute pas instantanément le succès espéré. Ces revers sont toutefois des composantes incontournables d’un processus réellement ouvert aux besoins et attentes des communautés concernées. Les propriétés du contexte local ou les conditions climatiques constituent également des éléments qui nécessite audace et persévérance : Michel Labrecque (Parc olympique), Pascal Lefebvre (Igloofest), Billy Walsh (Cabane Panache et Bois rond) ont reconnu par exemple que le temps hivernal représente une contrainte de taille avec laquelle ils ont dû apprendre à composer dans une suite d’essais et d’erreurs. Des projets inusités, comme la Chasse-balcon qui vise à lier l’espace privé à l’espace public en prenant place sur les balcons des résidents d’un quartier, ne se réalisent pas sans audace, comme le rappelait Catherine Planet qui a su relever ce pari risqué.

Relève

Plusieurs exemples de projets présentés durant le colloque ont démontré la richesse de la relève. À cet égard, Maxim Bonin conseiller de la division de la promotion institutionnelle de l’UQAM a démontré comment  l’apport des étudiants en design a donné lieu à des projets d’une grande inventivité afin d’aménager et d’animer la Place Pasteur. En adoptant une approche plus ouverte, laissant l’espace suffisant aux jeunes créateurs et étudiants pour tester leurs idées, nous mettons toutes les chances de notre côté afin de trouver des solutions inspirantes et de former une expertise durable.

Inclusion

L’espace public constitue l’objet d’appropriation d’une grande variété de communautés. Il s’agit en ce sens d’un moyen inestimable de rapprochement et de dialogue entre différents groupes, y compris les personnes marginalisées ou moins présentes dans l’espace public. Pour assurer l’échange et la cohabitation harmonieuse, il est intéressant de réfléchir en amont au côté inclusif des projets de création, d’aménagement ou d’occupation de l’espace public, pour que tous y trouvent leur place. C’est un tel objectif qui a pu être atteint aux Jardins Gamelin en faisant appel à Sentier urbain et son approche communautaire originale misant sur l’agriculture urbaine. Comme le remarquait Agathe Moreau, une idée simple comme l’installation de jardins participatifs accessibles en libre-service peut avoir des retombées inestimables en matière de cohésion sociale, d’appartenance et de respect pour l’espace public. Il suffit de reconnaître les besoins à combler et de poser le geste qui permettra de les satisfaire : « Find your knish! », comme Leslie Koch le suggérait en fin de journée!

Période d’atelier – Devenez créateurs dans l’espace public!

Et si à votre tour, vous pouviez créer un projet novateur de réappropriation citoyenne par l’art dans l’espace public, quel serait-il? Nous avons lancé cette question aux quelques 200 participants avec l’objectif de mettre à contribution leur intelligence collective pour créer une banque de projets de création inventifs et inspirés dans l’espace public. En proposant des lieux prédéterminés, ainsi que le contexte dans lequel ils se situent, l’idée était de permettre aux participants de prendre conscience des défis, mais aussi des multiples possibilités reliées à des projets de création dans l’espace public.

Que ce soit dans un parc de Montréal-Nord, une île semi-résidentielle, un espace public aux abords d’une station de métro, un terrain vague en friche ou une ruelle, la majorité des projets émanant de la période d’atelier mettent en valeur la rencontre, le partage et l’échange entre les citoyens. Il est souvent question de créer un lieu de rencontre qui soit fortement fréquenté. Pour y arriver, il est recommandé de valoriser les compétences, les talents et le savoir-faire des citoyens, des commerçants, des passants, bref de tous ceux qui fréquentent et côtoient cet espace public. Il est également proposé de faire appel à la mémoire des gens, à leurs expériences, pour développer des projets dans l’espace public et les inviter à s’impliquer dans la conception et le développement de celui-ci. Cette implication d’entrée de jeu pourra faire naître un sentiment d’appartenance, et ultimement un sentiment de fierté, qui est également un élément clé mis en lumière par les participants.

L’aménagement de l’espace est primordial pour favoriser la rencontre. Un espace lumineux, chaleureux, sécuritaire, où l’on retrouve du mobilier (bancs, table à pique-nique, etc.) – fabriqué par les citoyens eux-mêmes, pourquoi pas? – tout cela permet de développer un lieu de rassemblement unique à l’image des gens qui vivent aux alentours.

Le projet dans l’espace public doit être inclusif, il est donc intéressant d’y inclure les institutions et commerces des environs (Maisons de la culture, commerces, Sociétés de développement économique, etc.). Dans cette volonté d’inclusion, les participants ont mis en lumière l’aspect intergénérationnel, un thème important au cœur de la rencontre et de l’espace de socialisation. Enfin, plusieurs ont souligné l’importance des ressources humaines (chargé de projet, coordonnateur, médiateur), pour accompagner tout ce beau monde dans l’aventure de création.

Les multiples projets de création en ateliers ont été construits autour de grands thèmes rassembleurs tels les arts culinaires (cuisine communautaire et collective, ateliers culinaires, grande tablée, partage de recettes familiales), ou encore l’agriculture urbaine et la nature. Terrain d’aventure et de jeu, expériences inusitées, place à l’imprévu et à la surprise : l’aspect ludique et participatif a souvent été mis de l’avant lors de la période d’atelier.

Quelle est la meilleure traduction française pour « placemaking »?

En vrac, voici quelques propositions des participants au colloque : co-créer l’espace / espace commun / faire vivre la place / réinventer la place / « plassemblage » de visions citoyennes / prendre espace / mise en espace / « placenprojet » / saisir l’espace.

 

Vous avez d’autres suggestions?
Écrivez-nous à simon.thibodeau@culturemontreal.ca!