Culture Montréal / Les publications / Éditoriaux / ÉDITORIAL – Démystifier la philanthropie et le financement privé des arts et de la culture

Les publications

01.02.2013 ÉDITORIAL – Démystifier la philanthropie et le financement privé des arts et de la culture

Depuis la fin 2012, nous avons vu plusieurs initiatives voir le jour pour stimuler la participation du milieu des affaires dans le financement privé des arts et de la culture, notamment le lancement du Forum Arts-Affaires, la mise sur pied d’un groupe de réflexion pour soutenir l’art public à Montréal, la création d’un comité de travail sur la philanthropie culturelle et le lancement du guide La culture, faites-en votre affaire, par la Chambre de commerce du Montréal métropolitain.
Ce n’est pas d’hier que l’on se penche sur cette question, mais dans cette effervescence d’initiatives toutes récentes au Québec, nous vous proposons un petit exercice de clarification de la philanthropie et du financement privé des arts et de la culture.

Différentes formes de contribution possible du milieu des affaires

La philanthropie, c’est d’abord faire un don pour aider les autres. Parler de philanthropie, c’est également parler de générosité, de solidarité et de vivre-ensemble. Aujourd’hui, les individus ou les entreprises bénéficient d’exonérations fiscales qui atténuent fortement le coût de leurs contributions. Des mécènes peuvent également accorder des bourses pour encourager la relève, l’innovation ou l’excellence, par exemple.

Mentorat / bénévolat / partage d’expertises / consommation de culture : l’objectif principal est toujours d’aider les autres, mais les philanthropes peuvent le faire autrement qu’en donnant de l’argent. Ils peuvent aussi donner un coup de pouce à un projet ou à un organisme culturel en fonction de leurs compétences, mais aussi collectionner ou consommer les arts et la culture.

E-philanthropie (crowdfunding) : le concept consiste à faire appel aux individus pour financer des projets, en profitant des avantages du Web pour rejoindre un nombre encore plus considérable de mécènes potentiels. Plusieurs portails existent pour mettre en vitrine des projets qui sont à la recherche de financement, comme Haricot.ca et boumchicaboum.com.

La commandite : c’est un investissement, sous forme monétaire ou de service, qu’une entreprise apporte à une activité culturelle afin de bénéficier de l’image et du public de cette activité dont il devient un commanditaire. S’accompagne plus souvent qu’autrement d’un échange de visibilité sur des plateformes de communication.

Au-delà du don : des relations plutôt que des transactions!

Le Québec est la province qui offre le plus d’incitatifs aux dons privés grâce, par exemple, à un taux élevé de déductions fiscales. Pourtant, malgré ces avantages, les Québécois sont ceux qui, au Canada, donnent le moins. Selon un rapport récemment publié par Business for the Arts, Le soutien des entreprises aux arts – un rapport sur les tables rondes au Canada (2010-2012), le taux relativement faible de participation des entreprises serait plutôt dû à un manque de connaissances et de compréhension des possibilités entre les parties. On le sait, plusieurs considèrent qu’une grande ligne sépare le monde des affaires et le monde des arts et de la culture. Or, la clé du succès semble pourtant résider dans cet élément : la capacité à entrer en relation, à communiquer ensemble, à tisser de véritables liens. Comme l’a si bien déclaré récemment Mathieu Riendeau, coordonnateur au développement et au financement à la COOP Les ViVaces, « il y a une ligne qui existe entre le milieu des arts et le milieu des affaires. Cette ligne : c’est un trait d’union entre deux visions du monde qui se complètent et contribuent ensemble à construire une ville prospère, créative et inspirante. » Nous croyons que ce dialogue est un préalable nécessaire à un changement pertinent dans le développement de relations significatives et durables entre les groupes artistiques et les partenaires d’affaires.

Finalement, pour favoriser le soutien des entreprises aux arts, nous pensons qu’il faut continuer à démontrer encore davantage l’incidence des arts sur la société. En effet, pour les personnes qui travaillent dans le secteur privé, la valeur intrinsèque des arts et de la culture n’est pas toujours claire et affirmée. Il est nécessaire que le milieu des affaires agisse parce qu’il voit les impacts positifs de son action sur le monde qui l’entoure. Investir dans les arts et la culture, c’est investir pour la collectivité. Les philanthropes doivent se servir de ce « pouvoir » qu’ils ont pour faire avancer la société comme ils souhaiteraient la voir évoluer! Au-delà du don, il faut donc mettre l’accent sur le désir de s’engager dans des projets qui suscitent avant tout une curiosité, un intérêt, un coup de cœur, une passion… Car il s’agit bien de cela : une véritable relation entre le milieu des affaires et le milieu des arts et de la culture doit venir du cœur. Et les deux milieux doivent s’engager pour l’autre!
***
Financement public, financement privé des arts et de la culture, la position de Culture Montréal

Culture Montréal le fait depuis sa création en 2002, et continuera d’insister sur le caractère primordial, démocratique et irremplaçable d’un financement public éclairé, constant et progressif des arts et de la culture. Nous sommes en effet convaincus que ce serait faire preuve d’irresponsabilité et d’inconscience de s’imaginer que tout a été dit et fait en matière de financement public et qu’il faut maintenant s’en remettre au secteur privé. Nous sommes là où nous en sommes, à contempler un avenir prometteur, parce que le Canada, le Québec et la Ville de Montréal, avec leurs ministères, services, conseils des arts, Sociétés d’États et agences respectifs agissent depuis des décennies pour soutenir la culture. Ils doivent continuer de le faire avec encore plus d’ardeur et d’innovation et nous sommes ici pour les encourager et les soutenir dans cette voie. Mais, nous pensons aussi qu’il est possible et nécessaire de faire preuve d’imagination et de créativité pour encourager un financement civique de la culture, qu’il provienne des corporations, des fondations privées, des individus plus fortunés et des simples citoyens qui veulent donner à la culture comme ils donnent aux hôpitaux ou à des causes qui leur sont chères.

Publié dans la Lettre d’info* de Culture Montréal
Le 31 janvier 2013

(* Pour recevoir la Lettre d’info bimensuelle de Culture Montréal, veuillez nous envoyer votre adresse courriel à i)

Un peu plus

Culture Montréal est une organisation indépendante de réflexion et d’action qui contribue à édifier l’avenir de Montréal comme métropole culturelle, par des activités de recherche, d’analyse et de communication. Son mandat est d’affirmer le rôle central des arts et de la culture dans toutes les sphères du développement de Montréal : l’économie, les affaires, la politique, l’aménagement du territoire, l’éducation, la vie sociale et communautaire tout en favorisant la diversité culturelle, la relève, les pratiques émergentes et l’art public.

Merci à nos membres et à :

Je deviens membre.
Le français en scène. Projet de valorisation de la langue française.
Micro Culture, pour parler culture quartier par quartier
Agenda 21. Culture aujourd'hui demain.

Culture Montréal est membre de :

  • Les Arts et la Ville
  • Bureau du Cinéma et de la Télévision du Québec
  • Chambre de commerce du Montréal métropolitain
  • Coalition canadienne des arts
  • Conseil des relations internationales de Montréal
  • Diversité Artistique Montréal
  • Héritage Montréal
  • Le Réseau des conseils régionaux de la culture