Culture Montréal / Les publications / Éditoriaux / BILLET – Ne pas risquer de briser l’élan du Québec

Les publications

06.02.2013 BILLET – Ne pas risquer de briser l’élan du Québec

Lettre ouverte signée du président de Culture Motnréal, Simon Brault

Dans trop de pays, quand l’économie périclite, le secteur culturel est l’un des premiers sacrifiés sur l’autel de l’austérité budgétaire. Mais fort sagement, le Québec a depuis longtemps décidé que ce n’était pas là une fatalité et que son avenir et sa présence au monde sont indissociables de sa vitalité artistique et culturelle. C’est un choix de société devenu si ancré au fil des décennies qu’il transcende les partis politiques et qu’il a survécu aux aléas des exercices périodiques de compressions des dépenses publiques. Cette exception culturelle est le socle sur lequel repose en grande partie le caractère distinctif du Québec.

Or depuis quelques temps, des annonces, et même des commentaires furtifs, attribués au ministre de la Culture et à son entourage, ont été repris dans les médias jusqu’à ce que s’installe un flou inquiétant qui pourrait laisser croire que les arts et la culture ne sont désormais plus protégés et que l’heure est aux compressions, coupes et reports. Ainsi, l’annonce en deux temps d’une amputation des crédits alloués au programme Mécénat Placements Culture et l’ajournement évoqué de divers projets d’infrastructures culturelles, notamment la Maison des musiques nouvelles Le Vivier et l’édifice Wilder (qui abriterait notamment les Grands ballets canadiens), ont eu l’effet d’une autre douche froide sur le milieu culturel et ses nombreux alliés et partenaires. De l’angoisse et toutes sortes de spéculations quant aux intentions réelles du gouvernement dans plusieurs dossiers s’ajoutent donc à la difficile obligation d’accepter que des engagements électoraux du Parti Québécois, notamment l’augmentation des budgets de la SODEC et du CALQ, soient reportés.

Lors de son discours d’ouverture à l’Assemblée nationale, la première ministre Pauline Marois a pourtant déclaré sans ambages que les artistes pourraient « compter sur un soutien sans faille du gouvernement » et que « le financement à la création sera augmenté progressivement ». Elle a aussi pointé l’importance de la circulation des œuvres et des artistes, y compris dans le réseau scolaire, en plus de renouveler un appui « aux projets d’équipements culturels dans le but de mieux soutenir la création et la diffusion des arts ». Elle a tenu un discours similaire lors du Rendez-vous Montréal métropole culturelle à la TOHU en novembre dernier. Espérons que ces orientations guident concrètement la confection finale du plan stratégique que le ministre Maka Kotto déposera dans quelques semaines.

En effet, le gouvernement du Québec doit agir pour et par la culture, encore plus en ces temps d’austérité. Il peut et doit traiter le développement des arts et la participation culturelle du plus grand nombre comme une priorité non négociable. La culture est inclusion. Elle est un antidote à la pauvreté et à la division. Elle est une condition de mobilisation et d’innovation sociales et économiques. Elle stimule et humanise le développement. Elle permet d’éviter, pour reprendre les mots du philosophe Edgar Morin, que le développement soit un voyage qui comprend plus de naufragés que de passagers.

Culture Montréal insiste sur le caractère primordial, démocratique et irremplaçable d’un financement public éclairé, constant et progressif des arts et de la culture. Nous comprenons aussi que l’état des finances publiques est problématique et qu’il faille avoir des attentes réalistes. Mais il faut aussi miser sur la justesse du ton et de la manière pour mobiliser toutes les intelligences, la créativité et l’énergie du milieu culturel. Nous enjoignons donc le ministre de la Culture et des Communications à tenir un discours qui ne soit pas assombri et plombé par les directives immédiates du Conseil du trésor. Nous souhaitons entendre parler d’avenir et nous savons qu’il sait le faire. Nous voulons contribuer à l’élaboration des moyens à prendre pour que les arts, le patrimoine et la culture soient plus que jamais au cœur du développement du Québec. Il ne faut pas risquer de briser l’élan culturel du Québec. Nous n’en avons pas les moyens. Il faut, bien au contraire, l’amplifier.

[+]

Cette lettre a été publié le 6 février 2013 sur la plateforme web du journal Voir, ici.

Un peu plus

Culture Montréal est une organisation indépendante de réflexion et d’action qui contribue à édifier l’avenir de Montréal comme métropole culturelle, par des activités de recherche, d’analyse et de communication. Son mandat est d’affirmer le rôle central des arts et de la culture dans toutes les sphères du développement de Montréal : l’économie, les affaires, la politique, l’aménagement du territoire, l’éducation, la vie sociale et communautaire tout en favorisant la diversité culturelle, la relève, les pratiques émergentes et l’art public.

Merci à nos membres et à :

Je deviens membre.
Le français en scène. Projet de valorisation de la langue française.
Micro Culture, pour parler culture quartier par quartier
Agenda 21. Culture aujourd'hui demain.

Culture Montréal est membre de :

  • Les Arts et la Ville
  • Bureau du Cinéma et de la Télévision du Québec
  • Chambre de commerce du Montréal métropolitain
  • Coalition canadienne des arts
  • Conseil des relations internationales de Montréal
  • Diversité Artistique Montréal
  • Héritage Montréal
  • Le Réseau des conseils régionaux de la culture