Culture Montréal / Les publications / Éditoriaux / ÉDITORIAL – Rayonnement international des artistes et organismes culturels montréalais : un appel à l’entreprise privée

Les publications

09.11.2012 ÉDITORIAL – Rayonnement international des artistes et organismes culturels montréalais : un appel à l’entreprise privée

Le Rendez-vous 2012, Montréal métropole culturelle qui se tiendra le 26 novembre prochain à La Tohu sera notamment l’occasion pour des centaines de participants des milieux culturels et d’affaires de discuter du rayonnement de la métropole culturelle.
Culture Montréal s’est intéressé de plus près à la question du financement des tournées et représentations à l’étranger des artistes et organismes culturels de Montréal. Pour ce faire, nous avons communiqué avec plusieurs représentants du milieu culturel montréalais afin qu’ils nous fassent part de leurs expériences concrètes et de leurs perceptions.

Notre constat principal est que la participation des partenaires privés au financement des tournées et représentations à l’étranger des artistes et organismes culturels montréalais est un fait d’exception plutôt qu’une norme établie. En effet, règle générale, seules les compagnies artistiques de plus grande envergure, qui ont les moyens de s’autoproduire, bénéficient d’un soutien privé. Ce serait une question de visibilité et de marché, et un enjeu structurel. L’un des facteurs ayant une influence sur la volonté des entreprises à soutenir la culture serait en effet le rapprochement des actions promotionnelles avec leurs objectifs de notoriété. Or, il est difficile de penser obtenir du financement privé pour des artistes et organismes culturels québécois puisqu’il n’y a pas toujours des occasions de visibilité « tangibles » à offrir en échange. En parallèle, les entreprises d’ici sont plus souvent qu’autrement trop petites pour exporter à grande échelle et pour se fixer sur un territoire en particulier. Les seules entreprises susceptibles d’être intéressées par le développement de marché à l’étranger seraient très spécifiques et concerneraient des secteurs de pointe comme les nouvelles technologies, l’aéronautique ou le secteur pharmaceutique. Ces entreprises ont déjà leurs marchés dans un environnement très peu concurrentiel et qui surtout ne s’adresse pas au grand public, celui à qui serait destiné des activités ou productions culturelles.

Financement public : oui, mais…
Dans la très grande majorité des cas, les tournées et représentations à l’étranger des artistes et compagnies de Montréal dépendent essentiellement du financement public. Ce sont donc les gouvernements qui assument l’essentiel du soutien au rayonnement de la métropole culturelle (et encore, quand les artistes et compagnies ne se débrouillent pas seuls).

Pour Culture Montréal il est essentiel d’encourager une contribution accrue du milieu des affaires, des corporations et fondations, de même que des donateurs individuels, qu’ils soient de grands mécènes ou de simples citoyens désireux d’appuyer l’activité artistique et culturelle, par l’adoption de mesures fiscales incitatives et novatrices.

Le fait d’investir ou non dans la culture est souvent une décision individuelle. Un président de compagnie sensible aux arts sera plus facile à convaincre. Il serait donc intéressant (et important) de mettre à contribution ces hommes et femmes d’affaires engagés dans la culture, afin qu’ils deviennent ambassadeurs de « bonnes pratiques ». En parallèle, les gens du milieu culturel auraient intérêt à fréquenter davantage le monde des affaires. Une attention particulière doit être portée aux petits organismes culturels, qui ne disposent souvent pas de stratégie ou de personnel dédié à la gestion du financement privé. En ce sens, une initiative comme celle le nouveau portail Arts-Affaires du Conseil des Arts de Montréal est intéressante, parce qu’elle rassemble en un seul endroit les liens importants pour les gens d’affaires et pour les organismes culturels.

Le financement de la culture dans l’intérêt des entreprises
Le milieu culturel montréalais joue un rôle-clé dans l’économie québécoise et contribue au bien-être des collectivités sur le territoire. Les retombées d’une contribution aux représentations ou aux tournées d’artistes et d’organismes culturels québécois ne sont peut-être pas directes pour une compagnie, mais cette dernière participe ainsi au rayonnement de la ville dans son ensemble. Pour les entreprises, aider les artistes à se produire sur les marchés étrangers revient donc, dans le contexte de la mondialisation, à participer au positionnement de Montréal comme ville attrayante pour une main d’œuvre qualifiée, des têtes fortes et des entreprises de grande envergure. Un bon argument de départ pour les inviter à contribuer davantage, non?

Publié dans la Lettre d’info de Culture Montréal
Le 9 novembre 2012

Un peu plus

Culture Montréal est une organisation indépendante de réflexion et d’action qui contribue à édifier l’avenir de Montréal comme métropole culturelle, par des activités de recherche, d’analyse et de communication. Son mandat est d’affirmer le rôle central des arts et de la culture dans toutes les sphères du développement de Montréal : l’économie, les affaires, la politique, l’aménagement du territoire, l’éducation, la vie sociale et communautaire tout en favorisant la diversité culturelle, la relève, les pratiques émergentes et l’art public.

Merci à nos membres et à :

Je deviens membre.
Le français en scène. Projet de valorisation de la langue française.
Micro Culture, pour parler culture quartier par quartier
Agenda 21. Culture aujourd'hui demain.

Culture Montréal est membre de :

  • Les Arts et la Ville
  • Bureau du Cinéma et de la Télévision du Québec
  • Chambre de commerce du Montréal métropolitain
  • Coalition canadienne des arts
  • Conseil des relations internationales de Montréal
  • Diversité Artistique Montréal
  • Héritage Montréal
  • Le Réseau des conseils régionaux de la culture