Culture Montréal / Les publications / Revue de presse / REVUE DE PRESSE – La culture en campagne

Les publications

14.08.2012 REVUE DE PRESSE – La culture en campagne

Frédérique Doyon, Le Devoir, 14 août 2012

 

Le milieu culturel somme les chefs de parti de parler de leurs engagements en culture.

L’ADISQ et le Mouvement pour les arts et les lettres (MAL) viennent d’envoyer cette requête aux cinq principaux partis en lice dans cette campagne électorale.

« On leur demande de prendre position sur les questions de culture, et plus spécifiquement celles liées à l’industrie de la musique », a indiqué au Devoir Solange Drouin, directrice générale de l’ADISQ.

La culture n’a jamais été un thème-vedette des campagnes électorales. Les intervenants consultés par Le Devoir comprennent qu’elle ne soit pas à l’avant-plan des discours, à l’heure où corruption et accès à l’éducation monopolisent les enjeux. Ils tiennent toutefois à ce qu’elle fasse partie des débats avant le jour des élections.

Si la culture figure, avec plus ou moins de détails, dans toutes les plateformes électorales, « on n’en entend pas parler », déplore Raymond Legault, président de l’Union des artistes (UDA). « Ce n’est pas une énorme partie du budget, mais les enjeux sont plus importants que l’argent que ça représente. »

« Au Québec, c’est à peu près acquis que l’État a un rôle à jouer en culture, dit Simon Brault, président de Culture Montréal. Mais la campagne pourrait être l’occasion de faire preuve d’innovation, de toucher à des questions moins rattachées à des clientèles particulières du milieu culturel et plus à l’enjeu de la culture dans l’existence de la nation québécoise. » Ce qui refléterait tout à fait l’esprit de l’Agenda 21 adopté en grande pompe par le gouvernement en début d’année, soit « de ne pas laisser l’enjeu de l’identité et de l’avenir culturel au seul ministère de la Culture » car, rappelle-t-il, cela « concerne aussi les autres missions de l’État ».

Le MAL a pour sa part posé trois questions aux chefs, notamment s’ils comptent rehausser le budget du Conseil des arts et des lettres du Québec, qui incarne le coeur créatif de la culture : les artistes, dont le revenu est souvent synonyme de précarité.

Le financement du CALQ et de la SODEC est aussi une des préoccupations de l’UDA, qui rappelle le manque à gagner créé par l’inflation au sein de ces institutions, même sans amputer leurs budgets. Autre souhait : que l’aide à l’exportation culturelle, venue compenser les coupes fédérales depuis 2008, soit maintenue et devienne récurrente.

 

Se heurter à un mur

Le chef caquiste, François Legault, a été le premier à faire ses promesses en culture pendant la campagne. Il a annoncé 50 millions de plus destinés à l’exportation des biens culturels et 50 autres millions affectés aux sorties scolaires. Un engagement qu’on retrouve dans d’autres plateformes et qui réjouit tout le monde, même s’il a rapidement été noyé par la tempête Duchesneau.

« C’est quelque chose qui ferait vraiment une différence, estime M. Brault, également directeur général de l’École nationale de théâtre du Canada et instigateur des Journées de la culture. Car si on ne développe pas davantage la demande culturelle (à l’école comme à l’international) et qu’on continue de seulement soutenir l’offre, tôt ou tard on va se heurter à un mur. »

Il insiste aussi sur l’urgence d’aider les artistes et organismes à prendre le virage numérique, le soutien apporté jusqu’ici s’avérant trop timide.

L’arrivée de nouveaux partis politiques favorisera-t-elle ou non le secteur culturel ? Ce ne sera ni meilleur ni pire que le bipartisme, juge Raymond Legault, les partis étant tous conscients que « nous sommes six millions à parler français en Amérique du Nord, dit-il. C’est plus une partie du public qu’il faut convaincre que ces investissements de ce côté [en culture] rapportent à tout le monde, autant économiquement que socialement et humainement ».

 

[+] 

« La culture en campagne »

Frédérique Doyon, Le Devoir, 14 août 2012

http://www.ledevoir.com/politique/elections-2012/356734/la-culture-en-campagne

 

 

Un peu plus

Culture Montréal est une organisation indépendante de réflexion et d’action qui contribue à édifier l’avenir de Montréal comme métropole culturelle, par des activités de recherche, d’analyse et de communication. Son mandat est d’affirmer le rôle central des arts et de la culture dans toutes les sphères du développement de Montréal : l’économie, les affaires, la politique, l’aménagement du territoire, l’éducation, la vie sociale et communautaire tout en favorisant la diversité culturelle, la relève, les pratiques émergentes et l’art public.

Merci à nos membres et à :

Je deviens membre.
Le français en scène. Projet de valorisation de la langue française.
Micro Culture, pour parler culture quartier par quartier
Agenda 21. Culture aujourd'hui demain.

Culture Montréal est membre de :

  • Les Arts et la Ville
  • Bureau du Cinéma et de la Télévision du Québec
  • Chambre de commerce du Montréal métropolitain
  • Coalition canadienne des arts
  • Conseil des relations internationales de Montréal
  • Diversité Artistique Montréal
  • Héritage Montréal
  • Le Réseau des conseils régionaux de la culture