Culture Montréal / Les publications / Revue de presse / Revue de presse – Vu de Barcelone – Culture Montréal est un mouvement précurseur

Les publications

25.02.2012 Revue de presse – Vu de Barcelone – Culture Montréal est un mouvement précurseur

Hélène Roulot-Ganzmann, Le Devoir, 25 février 2012

La culture est le quatrième pilier du développement durable.

En tant que coordonnateur de l’Agenda 21 de la culture pour l’organisme international Cités et gouvernements locaux unis (CGLU), basé à Barcelone en Espagne, Jordi Pascual Ruiz connaît bien l’action de Culture Montréal, son impact, ses façons de faire, son unicité. Selon lui, si chaque ville a ses particularismes et qu’il est donc difficile de reproduire un modèle mur à mur, beaucoup de municipalités dans le monde pourraient s’inspirer de cette organisation montréalaise originale.

Difficile de comprendre Culture Montréal sans en savoir un peu plus sur l’Agenda 21 de la culture. «Il s’agit d’une déclaration, d’un document commissionné par l’Unesco et rédigé par des leaders de municipalités et de gouvernements locaux, entre septembre 2002 et mai 2004, explique celui qui est chargé aujourd’hui de le coordonner. Pourquoi? Parce que quelques responsables de villes, surtout en Amérique du Sud et en Europe, mais aussi avec la participation de quelques villes des autres continents, ont cru que le moment était arrivé pour que les cités se dotent d’un document qui condense tout ce que nous savions en 2004 sur le développement culturel local à l’échelle internationale.»

Quelques mots-clés jalonnent cette déclaration: diversité culturelle, interculturalité, participation des citoyens et de la société civile, transversalité des politiques culturelles, politiques publiques, mais aussi responsabilité du secteur privé, etc. Autant de concepts défendus par Culture Montréal dès sa création en 2002… avant même l’approbation de l’Agenda 21 de la culture.

Ville et culture

«Personne ne peut comprendre une ville sans en faire une analyse culturelle, poursuit Jordi Pascual Ruiz. Une ville, c’est un ensemble de bâtiments et de personnes qui ont une dimension économique. Mais le fait d’être ensemble crée des relations entre personnes et conduit à une nécessaire régulation sur les bases de l’équité: c’est le volet social. Une ville aujourd’hui doit être capable de contrôler sa consommation énergétique, ses ressources, pour s’assurer qu’elle respecte l’environnement. Mais si on oublie la mémoire du territoire, la mémoire des citoyens, leur capacité créative, la diversité des origines et des intérêts des habitants, le besoin de vivre ensemble, de donner la capacité aux individus d’être critiques, de comprendre où nous vivons… Toutes ces valeurs sont intrinsèques à la culture, et sans elles on ne comprend pas aujourd’hui la ville, le monde. Sans cette dimension, nous ne nous comprenons pas nous-mêmes. C’est pourquoi ce volet culturel doit devenir le quatrième pilier du développement durable.»

Or, via Culture Montréal, la métropole québécoise est à la pointe dans le domaine. «Simon Brault et son équipe ont sensibilisé la municipalité et plusieurs agents culturels de la ville à l’existence de l’Agenda 21 de la culture. M. Brault a eu un rôle stratégique de première importance. C’est quelqu’un qui a compris que, sans une dimension culturelle spécifique, claire, Montréal n’aurait pas de futur. Et les résultats sont là. J’ai visité trois fois votre ville et j’admire son énergie, l’engagement des agents culturels, la professionnalité de tous les gens avec qui je suis entré en relation, tant à la mairie que dans les associations culturelles, la société civile. Montréal a plusieurs exemples de projets qui rayonnent au-delà des frontières. Il y a une relation étroite entre territoire et vie, une sensibilité qui n’instrumentalise pas l’environnement, la vie en commun, la culture. C’est difficile à expliquer, mais c’est une sensation qu’on ne trouve pas dans toutes les villes. C’est important parce que ça donne une âme aux différents travaux. La Tohu a une âme très forte, Montréal, ville de design, a une âme. Il y aurait beaucoup d’autres exemples. Ce n’est pas quelque chose qu’on peut implanter. On le trouve dans les villes qui ont respecté leur mémoire. C’est difficile d’évaluer l’impact de Culture Montréal sur la politique culturelle de la ville, mais, ce que je peux dire, c’est que je ne pourrais pas comprendre Montréal sans les travaux de Culture Montréal.»

Une vision claire

Jordi Pascual Ruiz insiste sur le leadership clair de l’organisation et de son président. «Simon Brault a une vision forte qui a influencé non seulement Montréal, mais aussi d’autres municipalités dans le monde, en Europe et ailleurs. L’équipe a créé un très fort tissu de relations avec les acteurs de la ville dans les domaines économique, social, urbain. Ç’a apporté une très grande légitimité aux travaux de Culture Montréal. Sa capacité d’organiser, de faire des propositions très adaptées à la conjoncture, mais aussi avec une vision claire sur le long terme. C’est la clé du succès.» Et, dans ce cadre, Culture Montréal serait sans conteste complètement précurseur. «Je ne connais pas d’autres villes au monde qui ait une organisation si significative dans le domaine culturel, qui appartienne à la société civile et qui ait cette vision participative de l’ensemble des acteurs, affirme M. Pascual Ruiz. Il y a des villes qui sont en train de créer des réseaux de citoyens engagés, intéressés à la dimension culturelle de projets urbains, mais aucun n’a cette force.»

Exportable, alors, Culture Montréal? «Chaque ville est unique, note-t-il. Les tissus urbains, l’ensemble des gens qui la composent sont différents. L’histoire de chaque cité est différente. L’équilibre des pouvoirs, la cohésions sociale, etc. C’est impossible de copier, poursuit-il, mais l’essence, qui est d’être une organisation civile qui se responsabilise, pour alimenter et contribuer à la vitalité culturelle de la ville, ça, ce concept, oui, ça peut s’exporter. On peut utiliser la même formule dans d’autres villes.»

 

[+] 

« Vu de Barcelone – Culture Montréal est un mouvement précurseur »

Hélène Roulot-Ganzmann, Le Devoir, 25 février 2012

http://www.ledevoir.com/culture/actualites-culturelles/343552/vu-de-barcelone-culture-montreal-est-un-mouvement-precurseur

 

Pour consulter tous les articles du Cahier spécial CULTURE MONTRÉAL publié par Le Devoir, ou pour télécharger la version pdf : http://www.ledevoir.com/cahiers-speciaux/2012-02-25/culture-montreal

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Un peu plus

Culture Montréal est une organisation indépendante de réflexion et d’action qui contribue à édifier l’avenir de Montréal comme métropole culturelle, par des activités de recherche, d’analyse et de communication. Son mandat est d’affirmer le rôle central des arts et de la culture dans toutes les sphères du développement de Montréal : l’économie, les affaires, la politique, l’aménagement du territoire, l’éducation, la vie sociale et communautaire tout en favorisant la diversité culturelle, la relève, les pratiques émergentes et l’art public.

Merci à nos membres et à :

Je deviens membre.
Le français en scène. Projet de valorisation de la langue française.
Micro Culture, pour parler culture quartier par quartier
Agenda 21. Culture aujourd'hui demain.

Culture Montréal est membre de :

  • Les Arts et la Ville
  • Bureau du Cinéma et de la Télévision du Québec
  • Chambre de commerce du Montréal métropolitain
  • Coalition canadienne des arts
  • Conseil des relations internationales de Montréal
  • Diversité Artistique Montréal
  • Héritage Montréal
  • Le Réseau des conseils régionaux de la culture