Culture Montréal / Les publications / Revue de presse / Revue de presse – Quartiers culturels – «Il faut que les citoyens participent à la vie culturelle»

Les publications

25.02.2012 Revue de presse – Quartiers culturels – «Il faut que les citoyens participent à la vie culturelle»

Etienne Plamondon-Emond, Le Devoir, 25 février 2012

Lieux de création et de diffusion doivent jalonner la trame urbaine

 

Pour devenir une métropole culturelle, Montréal doit miser sur des pôles d’attraction, comme le Quartier des spectacles. Mais, pour mériter pleinement ce titre, la ville doit aussi soutenir l’accès et la participation aux arts sur l’ensemble de l’île et dans chacun des quartiers, croit-on à Culture Montréal.

Une soixantaine de mémoires ont été déposés l’automne dernier lors de la consultation publique sur les quartiers culturels, dirigée par la Commission permanente sur la culture, le patrimoine et les sports de Montréal. Des sessions supplémentaires ont été organisées, puisque le nombre de recommandations a largement dépassé les attentes. La préoccupation des Montréalais pour cette question ravit Anne-Marie Jean, directrice générale de Culture Montréal.

«Il y a des gens qui ne sont pas issus du milieu culturel et qui sont allés s’exprimer. Ça allait des simples citoyens aux gens du développement communautaire, du milieu des affaires jusqu’aux tables de concertation. Les gens reconnaissent la place de la culture et souhaitent qu’elle soit plus présente dans leur vie quotidienne», tire-t-elle comme conclusion. L’ensemble des recommandations sont actuellement à l’étude à la Ville de Montréal, et le rapport, en cours de rédaction, devrait être déposé ce printemps.

Cette nouvelle importance accordée aux quartiers culturels signe un tournant chez Culture Montréal. «Depuis nos débuts, on a beaucoup travaillé à la vision macroscopique de la métropole culturelle, à convaincre les gouvernements, le secteur privé et d’autres acteurs de la développer», explique Anne-Marie Jean. Or, avec le Plan d’action Montréal, métropole culturelle 2007-2017, un consensus semble s’être construit autour de cette idée. Les pôles culturels, établis comme des priorités pour faire rayonner Montréal, ont le vent dans les voiles.

Le Quartier des spectacles en est l’exemple le plus effervescent. Après cinq années du «festival du cône orange», Pierre Fortin, directeur général du Partenariat du Quartier des spectacles, assure que «ce quartier est en train de devenir une vitrine de la création montréalaise. Les possibilités qui y sont offertes permettent à des artistes de se faire valoir et de s’exporter par la suite.»

Du macroscopique au microscopique

«Pour que la métropole continue à se développer en ce sens, il faut que les citoyens participent à la vie culturelle», dit Anne-Marie Jean. Culture Montréal se concentre donc maintenant, depuis deux ans, à ce que des lieux de création et de diffusion soient accessibles à proximité. L’organisation revendique que la ville-centre offre les ressources nécessaires aux arrondissements et aux partenaires locaux pour atteindre cet objectif. Cette démarche cherche aussi à valoriser la personnalité culturelle de chaque quartier. «Notre travail est plus ciblé et on est vraiment sur le terrain», explique Anne-Marie Jean à propos de l’action de l’organisation auprès des acteurs du développement local.

«Il y a un gros travail à faire, reconnaît-elle. Le but, c’est de mettre tout ça en réseau, qu’il y ait des interconnexions entre les quartiers, mais aussi entre le Quartier des spectacles, qui est le coeur battant, et le reste de l’île.» En d’autres mots, «il faut qu’il y ait de la fluidité». Elle évoque les microfestivals, de plus en plus nombreux en Europe, qui commencent à émerger ici, comme La rue kitétonne, organisé par Toxique Trottoir dans le quartier Rosemont. «La force de la métropole, c’est cette possibilité pour les créateurs de se promener d’un endroit à l’autre et d’avoir tout un réseau où ils peuvent se produire et aller à la rencontre de leur public.» Culture Montréal fait aussi la promotion d’une plus grande ouverture des maisons de la culture à leur collectivité.

Une récente étude de l’Université West Virginia et de l’Université South Carolina Upstate, qui s’est penchée sur 10 régions urbaines, a indiqué que la qualité d’une ville la plus liée au bonheur de ses résidants est l’accessibilité au transport en commun, à la culture et aux équipements de loisir.

L’aménagement demeure donc une question centrale pour la réussite des quartiers culturels. La Ville de Montréal elle-même place l’association de la planification urbaine et de l’urbanisme culturel dans sa démarche d’étude. Les places publiques, l’art public, le design, l’éclairage, le mobilier urbain, la signalisation culturelle et la mise en valeur du patrimoine sont pris en considération. Tout comme doivent l’être «la façon dont on circule dans son quartier et la facilité de ses services de proximité», souligne Anne-Marie Jean. Culture Montréal suggère d’ailleurs une exemption sur les taxes foncières et une souplesse dans le zonage pour favoriser le maintien et l’implantation d’ateliers d’artistes. Cette mesure favoriserait la rétention des créateurs dans certains quartiers en proie à la gentrification.

Combler les touristes

Bien que le modèle du Quartier des spectacles ne puisse être transféré aux arrondissements, l’aménagement de ce dernier constitue un exemple qui démontre qu’il est payant de miser sur les forces, autant matérielles qu’immatérielles, déjà présentes dans le quartier. «Les grands festivals, au centre-ville, s’installaient sur des terrains vagues […]. Si on regarde aller le développement urbain, si on ne réserve pas les espaces pour ça, dans 10 ou 15 ans, ça va être construit et il va y avoir du pied carré de bureau partout», note Pierre Fortin. Ce work-in-progress prend soin de maintenir la propriété des lieux propices aux spectacles extérieurs, tout en les transformant en places publiques agréables à longueur d’année. L’urbanisme et l’animation s’y conçoivent pour inciter les citoyens à occuper et s’approprier les lieux. «La vision qui a prévalu lors de l’implantation du Quartier des spectacles, c’est vivre, créer et se divertir au centre-ville. Ça veut dire cohabiter. Ça prend un centre-ville habité, sinon — on l’a vu dans combien de villes en Amérique du Nord — il se vide à 5 heures et ça devient un coupe-gorge invivable et sans saveur.»

M. Fortin ajoute que, «s’il n’y a pas de Montréalais, il n’y a pas de touristes, parce que, de plus en plus, les gens sont à la recherche de l’authenticité». Le Quartier des spectacles s’impose comme une attraction majeure auprès de touristes qui pourraient bientôt être tentés de visiter d’autres quartiers montréalais, si la culture s’y intègre bien.

Selon Pierre Bellerose, vice-président de Tourisme Montréal, «il y a la volonté d’un certain nombre de touristes de voir cette couleur locale culturelle». Les quartiers culturels n’attireront pas nécessairement plus de touristes, nuance M. Bellerose, «mais ça va certainement répondre aux besoins d’un certain nombre d’entre eux et ça va améliorer leur expérience. Ultimement, lorsque [les quartiers culturels seront] développés, les touristes vont vouloir continuer de visiter le centre, mais ils vont vouloir ajouter autre chose à cette expérience et ça pourrait contribuer à augmenter la durée de leur séjour.»

 

[+]

« Quartiers culturels – «Il faut que les citoyens participent à la vie culturelle» »

Etienne Plamondon-Emond, Le Devoir, 25 février 2012

http://www.ledevoir.com/culture/actualites-culturelles/343544/quartiers-culturels-il-faut-que-les-citoyens-participent-a-la-vie-culturelle

Pour consulter tous les articles du Cahier spécial CULTURE MONTRÉAL publié par Le Devoir, ou pour télécharger la version pdf : http://www.ledevoir.com/cahiers-speciaux/2012-02-25/culture-montreal

 

 

 

 

Un peu plus

Culture Montréal est une organisation indépendante de réflexion et d’action qui contribue à édifier l’avenir de Montréal comme métropole culturelle, par des activités de recherche, d’analyse et de communication. Son mandat est d’affirmer le rôle central des arts et de la culture dans toutes les sphères du développement de Montréal : l’économie, les affaires, la politique, l’aménagement du territoire, l’éducation, la vie sociale et communautaire tout en favorisant la diversité culturelle, la relève, les pratiques émergentes et l’art public.

Merci à nos membres et à :

Je deviens membre.
Le français en scène. Projet de valorisation de la langue française.
Micro Culture, pour parler culture quartier par quartier
Agenda 21. Culture aujourd'hui demain.

Culture Montréal est membre de :

  • Les Arts et la Ville
  • Bureau du Cinéma et de la Télévision du Québec
  • Chambre de commerce du Montréal métropolitain
  • Coalition canadienne des arts
  • Conseil des relations internationales de Montréal
  • Diversité Artistique Montréal
  • Héritage Montréal
  • Le Réseau des conseils régionaux de la culture