Culture Montréal / Les publications / Éditoriaux / Éditorial – Défendre Montréal haut et fort !

Les publications

04.11.2003 Éditorial – Défendre Montréal haut et fort !

À cet instant précis de l’histoire de Montréal, les discussions sur les processus politiques et administratifs, qui ont culminé avec les fusions décrétées par le précédent gouvernement du Québec, nous semblent, à Culture Montréal, relativement inutiles. Il faut admettre que nous n’en sommes plus là. La conjoncture actuelle est suffisamment dramatique pour qu’il devienne important de mobiliser les Montréalais en faveur de leur nouvelle ville et des valeurs qui la portent.

À l’instar des quelque 560 autres mégapoles de la planète, Montréal doit faire face aux défis – et aux multiples possibilités – que pose la vie dans les grands ensembles urbains. L’urgente nécessité de rallier les forces vives de la cité pour que celle-ci réponde davantage à tous les besoins de ses citoyens, aujourd’hui et dans les années qui viennent, devrait être la première préoccupation des élus de l’île. Cela n’est pourtant pas le cas présentement.

Depuis quelques mois, la perspective de consultations référendaires à posteriori a permis la résurgence de discours qui sont nettement en rupture avec toute notion de bien commun. Ainsi, les valeurs d’inclusion sur lesquelles s’est fondée jusqu’ici l’aventure montréalaise sont reléguées loin derrière le mirage d’une résurrection d’anciennes municipalités de banlieue, où le compte de taxe tiendrait lieu de garantie identitaire et de sauf-conduit contre la bureaucratie de grande ville. En effet, les sondages d’opinion avalisent l’hypothèse d’un découpage du territoire actuel de Montréal sur une base linguistique avec, en prime, des volontés de repli sur des privilèges que confèrent la richesse foncière et le refus de partager ses ressources avec les arrondissements moins nantis.

La perspective d’une balkanisation du territoire imaginaire et administratif de la ville et d’une recrudescence des guerres de clochers, qui ont tellement nui au développement économique et social de Montréal, donne froid dans le dos. Un regain de compétition mesquine et un nouveau déficit de cohérence et de cohésion risquent de nous coûter très cher.

Mais il y a plus. En effet, ce que le vent défusionniste risque d’emporter ne se mesure pas uniquement en points de pourcentage de ralentissement de la croissance du PIB. Nous sommes au cœur d’un débat sur les valeurs fondatrices de la Cité. Il est impérieux de donner tout leur poids aux concepts de tolérance, de convivialité interculturelle et de partage des richesses générées par la ville. Il faut étoffer, articuler et incarner l’identité montréalaise qui émane de la grande ville et qui se superpose aux identités de quartier ou de localités, tout en les enrichissant. Il est illusoire de penser échapper à cette réflexion éthique en détournant l’attention sur des scénarios révisés de croissance économique, sur des devis de plomberie organisationnelle ou encore sur des mécanismes sophistiqués de consultation référendaire.

Pour ce faire, il faut investir les lieux de rencontre, de discussion, de convergence, de confiance et de complicité où les acteurs des innombrables réseaux qui tissent la Ville puissent se concerter pour agir. Culture Montréal est engagée dans cette réflexion et ce numéro de Montréal CultureS a été pensé comme un des lieux citoyens qu’il faut multiplier.

Et la culture, dans tout ça? C’est l’art et la culture, justement, qui génèrent, plus que toute autre activité humaine, ces lieux de rencontres, d’échanges et d’espoir. C’est la culture qui rend possible l’articulation du « vivre ensemble ». À cause du métissage de leur population, des ruptures qui marquent leur trame, de la complexité de leur configuration, les grandes villes abritent des espaces de liberté, de tolérance, d’expression et d’ouverture sur le reste du monde. Comme le rappellent souvent les leaders des groupes minoritaires, il est davantage possible de s’épanouir dans ces grands ensembles que dans de petites communautés plus homogènes et plus facilement régulées.

Les grandes villes doivent leur épanouissement à l’émergence constante de lieux qui accueillent la diversité et la marginalité, la création et l’innovation. C’est en grande partie dans ces lieux que s’ancre notre conviction qu’il est important de défendre le nouveau Montréal pour ce qu’il est, et surtout pour ce qu’il peut devenir.

 

Simon Brault, président

Ariane Émond, directrice générale (2003-2005)

Culture Montréal

 

++

Texte publié dans Le Devoir du 4 novembre 2003 et dans Montréal CULTURES No.4

Un peu plus

Culture Montréal est une organisation indépendante de réflexion et d’action qui contribue à édifier l’avenir de Montréal comme métropole culturelle, par des activités de recherche, d’analyse et de communication. Son mandat est d’affirmer le rôle central des arts et de la culture dans toutes les sphères du développement de Montréal : l’économie, les affaires, la politique, l’aménagement du territoire, l’éducation, la vie sociale et communautaire tout en favorisant la diversité culturelle, la relève, les pratiques émergentes et l’art public.

Merci à nos membres et à :

Je deviens membre.
Le français en scène. Projet de valorisation de la langue française.
Micro Culture, pour parler culture quartier par quartier
Agenda 21. Culture aujourd'hui demain.

Culture Montréal est membre de :

  • Les Arts et la Ville
  • Bureau du Cinéma et de la Télévision du Québec
  • Chambre de commerce du Montréal métropolitain
  • Coalition canadienne des arts
  • Conseil des relations internationales de Montréal
  • Diversité Artistique Montréal
  • Héritage Montréal
  • Le Réseau des conseils régionaux de la culture