Culture Montréal / Les publications / Éditoriaux / Éditorial – La culture au Sommet de Montréal

Les publications

25.03.2002 Éditorial – La culture au Sommet de Montréal

Alors que tout un chacun peine à comprendre la plomberie langagière et organisationnelle mise en place pour la tenue du Sommet de Montréal, il devient urgent de parler d’enjeux, de contenus et de sens.

Le déploiement d’une grande ville peut presque être envisagé comme un projet culturel en soi puisque c’est le propre de la culture que de générer l’empathie et la confiance qui précèdent les institutions, les transactions économiques, les arbitrages politiques et les décisions qui façonnent l’espace public.

La ville est un territoire aussi imaginaire que physique. Pour exister davantage, Montréal doit être rêvée, chantée, écrite, interprétée, questionnée, peinte, illustrée ou racontée par ses artistes.

Par ailleurs, l’environnement naturel, architectural et intellectuel d’une ville influence profondément ses habitants et il constitue leur bien commun malgré les inégalités sur le plan de l’accès à ce patrimoine. L’histoire de cet environnement explique à la fois les divisions et les solidarités qui agitent Montréal. Le Sommet pourrait être l’occasion d’influencer et de modifier cette histoire en puisant dans l’immense réservoir de créativité, d’inventivité et d’initiative que recèle une population aussi nombreuse que diversifiée.

Évidemment, la mécanique de ce Sommet a déjà pour conséquence que la culture est traitée une fois de plus comme une réalité sectorielle. C’est dommage, mais qu’à cela ne tienne! Il faudra réussir le tour de force d’inscrire la question du développement de la ville par la culture à la fois dans les sommets d’arrondissements, dans les sommets sectoriels et lors du sommet des sommets.

Il y a là, pour le milieu culturel et ses alliés, une obligation d’être présents, d’expliquer, de convaincre et de faire des alliances durables. Il faudra trouver les arguments et la manière de faire. Il ne saurait être question de se cantonner dans un discours plaintif, élitiste ou condescendant.

Il s’agit de développer une grande conversation avec tous les secteurs en ne perdant pas de vue qu’il n’y a pas de ville sans citoyens et pas de culture sans une préoccupation authentique de l’autre.

Cela dit, il faut attirer l’attention sur un certain nombre d’enjeux qui, à défaut d’être strictement sectoriels, n’en sont pas moins décisifs pour la vie artistique et culturelle de Montréal.

Ainsi, se pose déjà la question de la dynamique souhaitable entre la vie culturelle dans les arrondissements et le soutien public aux grandes institutions et manifestations culturelles qui rayonnent non seulement sur l’île mais aussi à l’échelle nationale et internationale. À titre d’exemple, la présence à Montréal de la Bibliothèque nationale du Québec, du Festival de Théâtre des Amériques ou du Festival International de Nouvelle Danse marque profondément la vie culturelle de Montréal et elle ne devrait pas se trouver fragilisée par les besoins de proximité qui s’expriment dans les arrondissements. Il ne saurait être question de fermer les universités pour financer les écoles de quartier. Il faut donc que la nouvelle ville trouve les moyens de soutenir les équipements et les initiatives qui transcendent les besoins et les possibilités de chacun des ses arrondissements sans maintenir ces derniers dans l’indigence. Il y a d’ailleurs beaucoup à faire pour que la vie culturelle dans les arrondissements échappe aux inégalités et aux iniquités qui ont été consacrées par une histoire qui se continue encore.

Le niveau du soutien accordé à la pratique artistique professionnelle à Montréal est aussi une source de préoccupation. Montréal fait toujours trop peu pour ses artistes en dépit du rayonnement qu’ils lui confèrent. Il s’agit d’une question assez vaste pour n’en pas disposer en ne parlant que de chiffres mais il est certain que la ville doit protéger et renforcer les instruments existants, en particulier le Conseil des arts de Montréal, pour faire en sorte que la vitalité artistique dont bénéficient, en fin de course tous les secteurs de la cité soit davantage valorisée. Il y a là aussi beaucoup à faire pour être à la hauteur d’une véritable métropole culturelle. Par ailleurs, il faut éviter d’opposer la pratique professionnelle à la pratique en amateur et au développement de l’appréciation de l’art au sein de la population. Le système culturel professionnel ne doit pas fonctionner en circuit fermé avec le postulat que les citoyens ne peuvent qu’être que des consommateurs de ses produits. Il faut placer la culture au cœur du développement de la ville mais aussi au cœur du développement des individus.

Mais puisqu’il faut se méfier du syndrome de la liste d’épicerie, je conclue en souhaitant que les forces vives de Montréal parviennent à se rencontrer à l’occasion du Sommet pour doter la nouvelle ville de ce supplément d’âme dont elle a un urgent besoin.

 

Simon Brault, président

Culture Montréal

Un peu plus

Culture Montréal est une organisation indépendante de réflexion et d’action qui contribue à édifier l’avenir de Montréal comme métropole culturelle, par des activités de recherche, d’analyse et de communication. Son mandat est d’affirmer le rôle central des arts et de la culture dans toutes les sphères du développement de Montréal : l’économie, les affaires, la politique, l’aménagement du territoire, l’éducation, la vie sociale et communautaire tout en favorisant la diversité culturelle, la relève, les pratiques émergentes et l’art public.

Merci à nos membres et à :

Je deviens membre.
Le français en scène. Projet de valorisation de la langue française.
Micro Culture, pour parler culture quartier par quartier
Agenda 21. Culture aujourd'hui demain.

Culture Montréal est membre de :

  • Les Arts et la Ville
  • Bureau du Cinéma et de la Télévision du Québec
  • Chambre de commerce du Montréal métropolitain
  • Coalition canadienne des arts
  • Conseil des relations internationales de Montréal
  • Diversité Artistique Montréal
  • Héritage Montréal
  • Le Réseau des conseils régionaux de la culture